Home Articles par Edition Femmes d'Aujourd'hui Anorexie
Anorexie PDF Imprimer Envoyer

Ma fille de 11 ans a toujours été très fine et m’a posé des questions sur le poids assez jeune (je ne connais personnellement aucun problème de poids). J’ai toujours été neutre dans mes réponses, lui expliquant qu’il fallait trouver un juste équilibre. Ces derniers mois, je constate qu’elle monte souvent sur la balance, refuse son dessert le soir…Je m’inquiète : ne va-t-elle pas vers l’anorexie ?

Sans doute, les questionnements concernant leur corps a toujours été le lot des adolescents mais ils sont sans doute, exacerbées par les modèles filiformes propagés dans les médias d’aujourd’hui.  De nos jours, « Quel est le bon poids pour plaire ?  »  est, pour les jeunes, une question récurrente.

L’anorexie procède d’un tout autre mécanisme, essentiellement actionnée par les questions de Pouvoir et de Contrôle. Il n’empêche que cette mode de l’ultra mince est facilitatrice de troubles alimentaires utilisés comme pression vis à vis des adultes responsables de l’éducation du jeune.

Rappelons-nous que la nourriture est centrale dans la mise en place des premiers liens entre la mère et son enfant. Déjà tout petit, l’enfant sait qu’il peut angoisser ou calmer sa mère par ce biais, il prend conscience du pouvoir que lui donner l’ingurgitation ou le refus d’aliments.

Si l’équilibre émotionnel de la mère est dépendant de la bouche qui accepte ou refuse la nourriture, d’un autre côté la survie de l’enfant dépend de la sollicitude maternelle. Situation qui peut devenir dantesque si quelqu’un ne vient pas dire qu’en dehors de la mère, d’autres horizons sont possibles. Le père rempli en ce sens une fonction essentielle !

En ce qui vous concerne, l’important sera sans doute de ne pas tomber dans le piège (aussi dangereux pour vous que pour elle) du stress autour de l’alimentation. Une chose est certaine, dans une telle bataille vous êtes d’avance perdante car jamais vous ne pourrez manger à sa place ! De plus, si cette problématique vous tient trop à cœur, votre fille aura beau jeu de vous en faire baver…Efforcez-vous donc de lâcher tout contrôle sur le nutritif ! De ne faire aucun commentaire, de vous désolidariser de cette problématique. Il faut refuser d’argumenter à ce sujet. « C’est ton corps- ton appétit – tu es la mieux placée pour savoir si tu as faim ou non. » et éventuellement renvoyer votre fille demander conseil ailleurs. A son père par exemple, à moins que lui aussi ne soit stressé devant un petit appétit !

Une autre mesure salvatrice sera de donner à votre fille des responsabilités et un espace de liberté pour des initiatives personnelles. Ceci afin qu’elle puisse éprouver la valeur de ses compétences et  d’acquérir ainsi une certaine indépendance par rapport au regard « de l’autre ».

L’autonomie, couper le cordon, doit s’éprouver non pas en refusant la nourriture familiale mais aux travers d’expériences et de réassurances extra familiales.

 

 

Commentaires
Rechercher RSS
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."