Home Articles par Edition Le Ligueur A ses oreilles, je vois que le chien regarde
A ses oreilles, je vois que le chien regarde PDF Imprimer Envoyer

Par une belle après-midi printanière, un papa campagnard se promène tenant d'une main la menotte de sa petite fille de cinq ans et de l'autre, son chien de chasse. Soudain l'animal s'arrêtant net observe attentivement, sans bouger, un couple de canards surgit de derrière les roseaux.
La petite Margot, regardant son père, dit: " A ses oreilles, je vois que le chien regarde!" Donner aux oreilles des facultés visuelles voilà qui interpelle notre logique d'adulte! L'observation de la gent canine donne cependant raison à la gamine: les oreilles des chiens ont des mouvements très significatifs face à différents stimuli visuels.
Notre logique cartésienne nous a habitué à accorder une fonction unique pour chaque organe sensoriel; à savoir les yeux sont faits pour voir, les oreilles pour entendre, la peau pour sentir, etc... Cette spécificité de chaque organe sensoriel, nos professeurs d'anatomie se sont acharnés à nous l' expliquer en long et en large; favorisant une compréhension strictement cloisonnée des fonctions sensorielles. Or si effectivement un organe privilégie un sens, il n'exclue pas pour autant une ouverture à des sensations d'un autre ordre.
Pour les enfants, ceci est une évidence. Pour eux, le recouvrement de diverses possibilités sensorielles par organe coule de source! Des réflexions, illustrant leur vision "du pêle-mêle" sensoriel, parsemant leur langage quotidien Ainsi, l'autre jour le petit Gaston parlant du caractère très renfermé et donc fort peu loquace, de son frère, expliquait: " Mon grand frère est aveugle de la bouche!"
Si, adulte, nous étions plus à l'écoute de notre corps, nous aurions , comme les enfants, une conscience accrue de la foule de renseignements glanés par nos différentes antennes. Constamment, nous sommes informés de sensations sans pour cela devoir faire appel à l'organe sensoriel spécifique pour obtenir ce renseignement. Ainsi, par exemple, il n'est guère nécessaire de goûter la soupe pour savoir qu'elle est chaude, la vapeur que nous voyons s'en échapper à toutes volutes est une preuve suffisante!  De même; lors de nos rencontres entre humains, la complicité des sens nous est de grande utilité; ceux-ci nous guident le long de notre chemin de vie nous permettant par exemple, de repérer les gens que l'on ne peut pas sentir, sans pour autant qu'il s'agisse d'un problème spécifique d'odorat....
Nombreuses sont les expressions populaires nous renvoyant à l'alchimie sensorielle: avoir des larmes dans la voix, avoir chaud aux oreilles, tourner de l'oeil, etc...
Certains ont expérimenté les capacités visuelles du bout des doigts. Auriez-vous imaginés avoir des yeux  aux extrémités des membres? Tout laisse à penser que, sans doute, nos yeux entendent-ils plus de choses que nous le pensons, et après tout pourquoi la peau ne goûterait-elle pas ce que nous touchons? Bien des mystères concernant notre corps sont encore à découvrir. Écoutons les enfants pour en apprendre davantage!

Commentaires
Rechercher RSS
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."