Home Articles par Edition Le Ligueur Rêve et réalité ne se rejoignent pas
Rêve et réalité ne se rejoignent pas PDF Imprimer Envoyer

Grâce au progrès, le monde évolue mais restons attentif, les vieilles habitudes sont tenaces! Cette réflexion vaut aussi en matière d'accouchement.
Si les tendances de naissance en douceur, dans l'eau, avec salle de travail remplie de coussins, font la une des magazines spécialisés, la réalité des hôpitaux se révèle parfois encore "très classique".
L'autre jour, une future maman, ( encore faut-il se poser la question de pourquoi une femme n'est considérée "mère" qu'une fois ayant accouchée) expliquait l'autre jour: " En fin de compte, être enceinte, se résume à être un ventre qui, un jour, doit faire sortir un bébé!" Cette définition laconique est bien sûr un peu schématique! N'empêche, être enceinte c'est avoir à faire face, au bout d'un certain terme, à l'incontournable acte d'accouchement, moment crucial où la mère aide son enfant à s'échapper de sa gangue.
Pour ce moment à la fois fatidique et merveilleux, la réalité trop souvent détrompe le rêve. "En visitant la salle d'accouchement, j'hésitais entre le sentiment de me trouver dans une boucherie ou dans une salle de torture! Tout y est si carré. Sans doute les architectes ont-ils oubliés le délicieux sentiment de sécurité et d'accueil procuré par la courbe. Pauvre bébé qui doit passer d'un univers uniformément rond à celui aseptisé de la rigueur angulaire.
Le décor n'offrant aucune chaleur, la visiteuse timidement demande " Y a-t-il une baignoire?"Laconiquement, poussant la porte d'un recoin sombre, l'infirmière lui répond: "Oui, mais on ne l'utilise pas!" A bon entendeur, salut!
La dame enceinte quitta le service maternité un point d'interrogation dans le coeur. " J'avais envie de demander un accouchement diffèrent des récits sinistres de ma grand-mère. J'imaginais qu'au jour d'aujourd'hui j'accoucherais dans la chaleur et la douceur mais face à ces trois personnes me regardant d'un air grave, j'ai peur de demander un accouchement qui serait identifié comme étant marginal."
Ce témoignage rejoint un autre, celui d'une jeune accouchée: " Quand on est là, un enfant entre les jambes, ce n'est guère évident d'exiger ceci ou cela. De plus, ces gens en blouses blanches se sentent parfois investis, face à la naissance de mon enfant, d'un pouvoir bien plus grand que le mien. J'enrageais de me trouver à la merci de réactions, à mes yeux, imbéciles ."
Le dira-t-on jamais assez, organisez au mieux du respect de votre désir, la naissance de votre enfant. Tant pis pour les à priori, faites vous entendre, Papa et Maman; ainsi de nouvelles habitudes s'implanteront pour le meilleur des générations à venir!

Commentaires
Rechercher RSS
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."