Home Articles par Edition Le Ligueur Attendre un enfant
Attendre un enfant PDF Imprimer Envoyer

Diane Drory
Souvent, attendre un enfant, c'est rencontrer le merveilleux, l'idéal, la concrétisation d'un rêve.  Pourtant, en choisissant de vivre dans le ventre chaud d'une mère, un enfant peut réveiller au fond du coeur de ses parents certaines faces cachées de leur personnalité dont ils ignoraient tout.
Félicie, enceinte de trois mois, est profondément secouée par l'annonce d'une nouvelle inattendue.
Ecoutons-la : " Ce matin, j'ai appris que j'attends un garçon.  Il faut que je me fasse à l'idée.  J''étais sûre d'attendre une troisième fille...Un  peu comme s'il l'avait tuée....J'ai téléphoné à ma mère pour le lui annoncer.  Elle, plutôt réservée pour la naissance des filles, s'est enflammée, s'écriant toute excitée : " Dire que j'ai toujours tant désiré avoir un fils et je n'ai eu que deux filles.  Pour ton père, c'était si important d'avoir un garçon. " Douche glacée.  Jamais je ne m'étais doutée que ma mère aurait voulu un fils, mon passé d'enfant sage comme une image m'a défilé devant les yeux.  Etait-ce de peur de décevoir encore plus ma mère que je luttai toute ma jeunesse pour être aussi parfaite que possible?  Ce n'est pas juste, ni pour ma soeur, ni pour moi, ni pour mes filles.  Comme si être une femme , c'est être moins.  J'ai peur d'en vouloir à ce petit bout, j'ai déjà envie de protéger mes filles du mal qui arrive....J'ai peur de tout ce que " avoir un fils " représente pour moi.  Je   suis révoltée, ce n'est pas juste par rapport à mes deux petites bonnes femmes ".
Pas de marche arrière
A l'annonce d'un garçon, le monde de Félicie bascule, elle en veut à son fils de créer ce chambardement.  Pourtant déjà cette première déception reconnue, elle peut lui faire une place.
" Quelque part, je suis contente d'avoir un petit mec, cela varie les plaisirs.  Je pense à lui autrement que pour les filles.  Elles , je les imaginais bébés, câlines dans mes bras.  Lui, je l'imagine fonçant sur son vélo, se cassant la figure.  J'ai peur d'en attendre trop, de m'inquiéter si à dix mois, il ne se met pas à marcher; peur qu'il soit violent avec les filles...Faudra que mon mari ait de la poigne!"
Félicie n'a pas peur d'accueillir son enfant dans toute la vérité de ce qu'elle vit.  Comme elle dit, face à un accouchement, on ne peut pas rendre son tablier, il faut bien que l'enfant naisse !  Pas moyen de faire marche arrière.
N'est-ce pas un magnifique cadeau que fait Félicie à son fils en se repositionnant à la fois dans son histoire passée et face à la descendance, en vivant le présent en toute honnêteté?  A moins que ce ne soit un cadeau du fils à la mère que de l'aider à mieux comprendre qui elle ests par rapport d'où elle vient, afin de mieux cerner où elle veut aller?
Le petit garçon, pas encore né, a soulevé un questionnement, Félicié, courageusement, a cherché ses réponses...Les présages sont favorables pour leur lien de confiance.

Commentaires
Rechercher RSS
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."