Home Articles par Edition Le Ligueur Le langage en dessins
Le langage en dessins PDF Imprimer Envoyer

Diane Drory
" D'accord, le dessin est peut-être une question posée à l'adulte ou encore une représentation de l'image que l'enfant a de lui-même, mais comment savoir, comment comprendre ces dessins?
Ils sont semblables à des hiéroglyphes, dont l'adulte a souvent oublié la clef de décodage? " se demande un père soucieux de capter les messages que sa fille lui adresse.
N'ayons crainte de demander le soutien de l'enfant qui souvent, de bon gré, est prêt à nous aider à comprendre son dessin.  Il sait qu'en grandissant, l'humain oublie, devient un peu bête pour certaines choses, même si pour d'autres choses, l'enfant est fasciné par le savoir de l'adulte.  N'ayons donc pas de fausse pudeur et demandons à l'enfant de nous commenter son dessin, ou encore mieux, si nous en avons l'occasion, prenons le temps de voir comment le dessin se construit, quel élément vient en premier lieu, quel élément est raturé, quel élément est rajouté lors du commentaire.
Voici quelques exemples.
Jacques se lance dans un dessin.  Il commence, rature le tout et tourne la feuille.  Il recommence, s'énerve, la forme dessinée a quatre pattes et à l'avant comme un museau allongé.  Il réajuste le trait et rallonge le museau.  A lui-même il marmonne " c'est une grosse patate " et s'adressant à moi il me demande : " Devine ce que c'est? " " Tu sais, c'est difficile de deviner, moi je ne sais pas lire dans ta tête donc il faudra un peu m'expliquer " lui répondis-je.
" Mais avec une trompe, ça se voit ! " " Serait-ce un éléphant ? " fut ma réponse.  Il acquiesca.  En l'écoutant, j'avais déjà appris que " quand on se trompe, ça se voit, on se sent alors une grosse patate ".
En effet, Jacques, souvent doute de lui, a l'impression d'être ridicule quand, tel un éléphant dans un jeu de quilles, il n'a pas d'emblée subtilement trouvé la réponse à un problème quotidien.
Ecoutons un autre enfant.  Il est assez timide, voire complexé, ayant l'impression qu'en tout son frère répond plus aux souhaits parentaux.  Son frère, par exemple, ne fait pas comme lui des colères.  Savez-vous ce qu'il a dit en offrant à sa mère son dessin ?  " Je voulais faire un cheval, mais il est râté, il n'a pas de sabots ( ça beau ) "
Et oui, cet enfant ne se sent sans doute pas assez beau aux yeux de ses parents à cause de ses colères qui sont mal perçues par ceux-ci.
Certains d'entre vous souriront en lisant cela, cela manque de rationnel, c'est peut-être chercher loin...
Il faut savoir que la poésie, le sens du symbole, et le jeu de mots sont les outils de langage habituels et spontanés de l'enfance.
Parlant de poésie, ne seriez-vous pas émerveillés comme je le fus en entendant comment Julie, cinq ans, a imaginé la conception d'un enfant?  " Je vais t'expliquer d'où viennent les enfants.  Maman a un crayon dans le ventre, attaché à son nombril.  Quand Papa se met sur Maman, Maman bouge beaucoup, et le crayon dessine un enfant...."
Le but d'un dessin d'enfant est atteint quand celui qui le reçoit fait l'effort de lire ce qui est dessiné, d'écouter ce qu'il explicite.  Il est vrai que parfois, la lecture est ardue, car le monde de l'enfance est si mystérieux, voir magique par rapport à celui de l'adulte.

Commentaires
Rechercher RSS
Seul les utilisateurs enregistrés peuvent écrire un commentaire!

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."