Home Articles par Edition Psychologies Magazine Belgique Pub de sperme
Pub de sperme PDF Imprimer Envoyer

La vie n’est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement? (Evangile selon saint Mathieu)

Saviez-vous que notre pays, connu pour son haut potentiel publicitaire, souffrirait d’une pénurie d’esprits créatifs ? Au moyen d’une campagne  gén-iale, intitulée “Donnez votre créativité”, cinq agences de publicité ont imaginé pallier ce manque en misant sur la génération à venir.

De quelle manière? En demandant à la crème de la crème de nos publicistes belges de faire un geste pour l’humanité via un don. Pas un don d’argent, un don de sperme… Ainsi, cinq valeureux héros n’hésitèrent pas à se laisser filmer pendant leur “aventure” dans la banque de sperme d’un hôpital universitaire. Là, leurs “dons” sont à la disposition de toute personne souhaitant avoir un bébé doté d’un ADN porteur de créativité.

 

 

Car, à en croire le médecin généticien de cet hôpital, la créativité serait, en partie, héréditaire... Sur base de ce postulat, ce médecin a soutenu cette campagne qui permettait dans la foulée d’attirer l’attention sur le manque de donneurs de sperme. Car, chez nous, la publicité pour obtenir des dons de sperme est interdite. En réponse à ce coup publicitaire d’un goût douteux, notre éminent généticien belge, Le Professeur JJ Cassiman, soutient que le gène de la créativité n’existe pas. Pour lui,  si 15% d’un talent créatif peut se prévaloir d’un terrain génétique favorable, les 85 % restants sont le fruit de la sueur. En génétique rien n’est joué d’avance.

Mais à côté de l’anecdote et de l’éventualité de mettre au monde de grands publicistes, exerçons notre esprit critique face à pareille  campagne publicitaire. Que penser du traitement aussi désinvolte d’un sujet délicat comme la procréation? Est-il éthique de chercher à susciter le don de gamètes en jouant sur la corde narcissique de faire naître des individus à notre image ?  Il paraîtrait qu’aux USA existe une banque de sperme des prix Nobel, où les femmes peuvent puiser dans l’espoir de mettre au monde des enfants plus intelligents que la normale...

Où sont le respect et l’acceptation du mystère de la Vie, de ses aléas ? Que pensent les enfants issus de donneurs de voir leurs origines traitées avec autant de légèreté? On déblatère sur les cellules pourvoyeuses de vie comme si c’était sans conséquences, sans impact sur l’individu qu’elles produiront. La déférence vis-à-vis de la vie humaine est-elle devenue obsolète? Peut-on nier la dimension spirituelle et émotionnelle de l’existence humaine et promouvoir l’homme préfabriqué ?

Et si, par crédulité ou ambition différée, une personne fait appel au contenu de l’un des ces petits pots en plastique filmés en gros plan, et que l’enfant conçu de cette gamète ne réponde d’aucune façon aux attentes projetées sur lui? Difficile de le jeter comme un Kleenex...

Restons humbles et respectueux envers l’acte de donner la vie.

 

Psychologie Magazine - Mars 2016