Home Articles par Edition Psychologies Magazine Belgique Passage et Partage
Passage et Partage PDF Imprimer Envoyer

« Ce qui fleurit doit se faner et que ce qui monte doit redescendre »

Bientôt 2017, nouveau passage abrupt d’une année à une autre. Le temps, cette invention humaine destinée à la compréhension de l’univers, nous conduit vers une nouvelle odyssée. Cette transition devrait nous amener à réfléchir tous, ensemble et séparément, quant à la direction que prennent nos vies.

 

Les « trois E » des crises convergentes de l’économie, de l’écologie et de l’énergie n’en finissent pas de nous confronter à de nouveaux défis. Comment en sommes-nous arrivés là ? Il nous faut comprendre les causes de notre situation inextricable sinon nous sommes condamnés à les répéter.  S’il est bien sûr utile, voire indispensable, d’en chercher les causes technologiques, il est bien plus essentiel de comprendre que ses racines plongent dans les profondeurs de l’esprit et du cœur humains. Ces maux sont issus des rêves, des visions et des croyances qui modèlent nos consciences et induisent nos comportements.

L’année 2017 sera-t-elle un pas de plus vers une nouvelle direction du monde, que certains appellent l’effondrement de la civilisation industrielle ? J’ai déjà évoqué le sujet, non sous l’angle d’une catastrophe annoncée, mais sous l’angle d’un nécessaire changement d’humanité. Une transition est loin d’être la fin d’une histoire, mais comme nous l’enseigne le poète Rumi, une opportunité d’évoluer : pour que les transformations puissent s’opérer, il nous faut mourir avant de mourir. En considérant, chacun à notre échelle, lesquels de nos gestes quotidiens peuvent nourrir la transformation que nous désirons tant.

Comment nous préparer émotionnellement et spirituellement  à ce grand virage? En nous ouvrant à de nouvelles approches de la compréhension des exigences du corps et de l’esprit humain. Ainsi, par exemple, à la psychologie, à l’ostéopathie, à la méditation ainsi qu’à nombre d’autres courants à la fois nouveaux et ancestraux. Car la prolifération de cas d’obésité, d’Alzheimer, de burn-out, de cancers et autres maux, entraînera une adaptation de notre mode d’alimentation et une modification de nombreux aspects de notre mode de vie.

Ces changements ouvrent des perspectives sur de nouveaux modes de fonctionnement qui remettent en question notre conscience, notre vitalité et notre raison d’être. En faisant face aux réalités humaines que sont la perte, l’éveil et le renouveau, nous préparons l’avènement d’une sorte de renaissance.

Mais avant de franchir le pas vers cette année nouvelle et tout ce qu’elle nous promet de bon et de douloureux, prenons le temps du partage de Noël, fête familiale et dispensatrice de paix, moment convivial  qui se voudrait fait de joie. La joie n’étant en rien l’obsession du bonheur, mais la capacité d’apprécier des expériences et des sensations simples telles que la beauté d’une table décorée ou du sourire émerveillé d’un enfant.  Malgré la morosité des circonstances sociales actuelles, sachons faire subsister des moments d’humour, de rire et de légèreté. Et pourquoi pas, comme me l’ont appris mes parents, ce jour-là aussi, prévoir une place de plus autour de la table au cas où quelqu’un sonnerait à la porte…

Psychologie Magazine - Décembre 2016