• velo
  • maman-bras-bebe
  • enfants-bataille
  • bebe-frere
  • garcons-tire-la-langue
  • parent-enfant-main
  • fille-ado-chien
  • garcon-et-bebe
  • parents-mains-fillette
  • fille-bulles
  • garcons-riviere
  • fille-portable
  • garcon-couche-chien
  • fille-ado-ecole
  • enfants-plage
  • bebe-bac-a-sable
  • fille-nounours
  • fille-mer-chien
  • fille-chien
  • enfant-dessin
  • enfants-bataille-coussins
  • garcon-feuilles
  • garcon-dessin
  • mains-adulte-enfant

Hyperactif ou… simplement mal élevé ?

Alors que l’on prescrit de plus en plus de traitements anti-TDAH, on est en droit de s’interroger : les troubles de l’attention et l’hyperactivité sont-ils aussi répandus que cela ? Pas sûr…

Article paru dans la revue “Ciné-Télé-Revue”, par Candice Leblanc

« Il ne tient pas en place », « Elle n’en fait qu’à sa tête », « Il n’écoute pas ce qu’on lui dit », « Elle est tête en l’air »… Vous avez beau l’aimer profondément, vous vous sentez parfois (souvent ?) dépassé par votre progéniture. Peut-être même lui a-t-on diagnostiqué un trouble déficitaire de l’attention, avec ou sans hyperactivité (1).

Un trouble surdiagnostiqué

Seulement, voilà : le monde médical est loin d’être unanime sur la définition et les critères de diagnostic des TDAH ! D’aucuns avancent même qu’il s’agit d’une maladie inventée de toutes pièces par l’industrie pharmaceutique pour vendre des psychostimulants type Ritaline®. Sans aller jusque-là, une chose est sure : la prévalence des TDAH dans la population ne dépasse pas 5 %. Or, dans certaines régions du monde (Brésil, USA… Flandre, etc.), jusqu’à 40 % (!) des enfants scolarisés seraient sous Ritaline®… alors que l’on n’a aucune certitude sur les effets à long terme de ce type de médication (2). Bref, tous les enfants « difficiles » ne souffrent pas forcément de TDAH. Mais alors, que leur arrive-t-il ?

Des parents vite déçus

Tout d’abord, qu’on se le dise : « De tout temps, il y a eu des enfants plus remuants ou plus distraits que d’autres ! », rappelle Diane Drory, psychanalyste spécialiste de l’enfance. « C’est normal, cela fait partie de la diversité humaine. » Ensuite, il semble qu’aussi concernés soient-ils, nombre de parents d’aujourd’hui se sentent vite dépassés par leur(s) rejeton(s). « Ils sont stressés, fatigués par le quotidien et supportent plus difficilement que leur enfant n’agisse pas comme ils l’espèrent. Ils sont vite déçus. Or, chacun son métier ! L’enfant est un enfant ! Il est fait pour désobéir et ses parents sont faits pour le faire obéir. » Et c’est là que, bien souvent, le bât blesse… 

La clé ? La cohérence…

Il n’y a pas de secret : une bonne éducation repose sur un cadrage solide et cohérent, qui responsabilise l’enfant. Il a besoin de limites et, surtout, il doit les connaître, apprendre que ne pas obéir aux règles a (toujours) des conséquences. Prenons un exemple : que faire avec un enfant qui, pendant les repas, se lève tout le temps ? « Expliquez-lui que, pour vous, sortir de table = “j’ai fini de manger”. Il ne pourra plus revenir après, même pour un dessert. Quand je conseille ça aux mères, elles s’exclament, horrifiées, “Mais il va avoir faim !” Soyons raisonnables ! Non seulement l’enfant ne mourra pas de faim d’ici le prochain repas, mais c’est comme cela qu’il apprendra qu’on ne sort pas de table tant qu’on n’a pas fini de manger… » Certes, ce genre d’éducation demande énergie et investissement aux parents, mais n’est-ce pas mieux que de gaver son enfant de médicaments ?


Notes

(1) Les troubles de l’attention et l’hyperactivité sont différents, mais souvent conjoints.

(2) Certaines études soutiennent qu’un traitement anti-TDAH au long cours augmenterait le risque suicidaire et/ou d’addictions à l’âge adulte.

Mots clés: Hyperkinétique