• garcons-riviere
  • mains-adulte-enfant
  • garcon-dessin
  • enfants-bataille
  • bebe-frere
  • velo
  • fille-portable
  • enfants-bataille-coussins
  • fille-mer-chien
  • maman-bras-bebe
  • fille-chien
  • fille-nounours
  • fille-bulles
  • garcon-couche-chien
  • garcon-et-bebe
  • enfants-plage
  • parent-enfant-main
  • enfant-dessin
  • parents-mains-fillette
  • fille-ado-chien
  • fille-ado-ecole
  • garcon-feuilles
  • garcons-tire-la-langue
  • bebe-bac-a-sable

La politesse : tu me remercieras !

Il y a ceux pour qui elle est incontournable, et ceux qui la jugent dépassée. La politesse, faut-il encore l'enseigner à nos enfants ? Vos avis, et celui de Diane Drory, psychanalyste.

Emilie, 4 ans, pour : C'est bien quand on veut quelque chose

"À la maison, quand je ne dis pas s'il te plait, maman fait comme si elle n'entend pas. Chez papy, si je ne dis pas bonjour, il fait comme si je ne suis pas là. J'ai bien compris que quand je ne suis pas polie, ils font comme si je n'existe pas!"

Un enfant de maternelle peut-il comprendre la valeur de la politesse ?

"Non, un jeune enfant ne comprend pas bien l'utilité des formules de pure convention (s'il te plait, bonjour…). En revanche, il intègre très tôt les avantages de la courtoisie, comme le fait que chacun attende son tour chez le marchand de glace. D'ailleurs, les enfants instaurent leurs propres règles de politesse. A l'instar de celles des adultes, elles ont pour but de faciliter la vie en société. Qu'importe si les formules ne signifient pas encore grand-chose pour lui : plus la politesse lui aura été enseignée tôt, plus vite elle lui apparaitra comme évidente".

Luce, 13 ans, contre : La politesse, c'est toujours à sens unique !

"On nous demande de dire bonjour à tout le monde, mais les adultes ne nous disent jamais bonjour. Quand je vais quelque part avec maman, c'est elle qu'ils saluent, pas moi !"

Les enfants seraient-ils les premières victimes du manque de politesse ?

"Trop souvent, en effet, on attend des enfants qu'ils soient polis sans leur rendre la pareille. La politesse consiste avant tout à tenir compte de l'autre, à lui signifier le respect. Il est fondamental qu'un enfant puisse expérimenter, lui aussi, le bénéfice de ces marques de considération".

Bastian, 23 ans, contre : Trop de politesse tue la politesse

"Ça fait 2 ans que je vis en Belgique et je reste étonné par l'insistance de certains parents: un enfant doit remercier 3 fois, dire s'il te plait à toutes les phrases, s'excuser pour tout... Chez nous, en Allemagne, on n'en fait pas autant et on ne s'en porte pas plus mal…"

On en fait trop, en Belgique ?

"La politesse est un ensemble de codes sociaux propres à chaque culture. Par exemple, en Mongolie, on ne dit jamais merci. Mais il convient de respecter un tas de règles, comme serrer immédiatement la main de celui dont on a cogné le pied par accident, pour lui signifier que l'on ne voulait pas l'agresser. La politesse balise les comportements au sein d'une communauté afin de permettre le vivre ensemble. Il est donc fondamental d'y éduquer les enfants. Cela déterminera leur pleine intégration au sein d'une culture".

Francine, 28 ans, pour : Je voudrais bien, mais…

Sur le principe, je suis d'accord, mais au quotidien, il m'arrive de baisser les bras: je ne me vois pas être toujours sur le dos de mes enfants, à insister pour qu'ils disent bonjour et merci.

La politesse, comment l'inculquer ?

Faire la morale, taper sur le clou ou punir est rarement efficace. En revanche, l'exemple et l'humour fonctionnent plutôt bien avec les enfants. Si vous vous comportez comme un goujat, il est peu probable que vous soyez crédible. Mais si d'ordinaire vous vous levez pour céder votre place à une femme enceinte, tenez la porte pour la personne qui vous suit ou parlez poliment à votre conjoint, vous avez déjà fait une grande partie du travail. Vous pouvez aussi profiter d'un moment de jeu avec votre enfant ("Oh, tu as vu comme ce nounours était content, tu as entendu son merci ?") ou d'une lecture qui aborde le sujet. Pour le reste, faites-leur comprendre avec humour qu'il s'agit de règles de vie essentielles au bien vivre ensemble. Utilisez le même ton que votre enfant lorsque vous désirez quelque chose. Ou marquez un temps d'arrêt s'il vous réclame "de l'eau!" à table. Attendez que vos regards se croisent pour lui jeter un petit regard complice, en attendant la formule consacrée..."

Marine, 33 ans, pour: "La politesse ou la porte !"

Je suis une institutrice de la vieille école: j'exige le vouvoiement et toutes les formules de politesse qui vont avec. Si un enfant entre dans ma classe pour me demander une craie sans y mettre les formes, il peut ressortir illico. Malheureusement, ce cas de figure est de plus en plus fréquent. Je n'ose pas imaginer  ce qu'il en sera dans 10 ou 20 ans…

La politesse est-elle vouée à disparaitre ?

"Je ne pense pas, non, mais elle évolue. Avant, quand ma mère entrait dans le salon, nous nous levions et je la vouvoyais. Plus personne ne fait cela aujourd'hui. Pourtant, il existe encore de nombreuses familles où l'on continue à vouloir transmettre les codes sociaux. Il restera toujours un socle commun assurant le respect de l'autre."

Jocelyn, 38 ans, contre : "C'est du dressage !"

"Dis bonjour au monsieur", "Laisse passer la dame", "Demande pardon", "Ne mets pas tes coudes sur la table"… à force, c'est du bourrage de crâne, du dressage de petite fille modèle. Un enfant qui dit "s'il vous plaît" ou "au revoir" parce qu'il y est obligé n'est pas un poli, il est soumis. Ca flatte l'ego des parents, rien d'autre!"

La politesse : un faire-valoir des parents ?

"On n'enseigne pas la politesse à ses enfants par narcissisme, mais pour qu'il intègre les codes sociaux. Cette acquisition est fondamentale, elle humanise l'enfant. Tout ne lui est pas dû. Il est bon qu'il puisse se réjouir de ce qui vient à lui et sache le signifier à l'autre. Pour qu'après, plus grand, il ait le respect de l'autre; que les maris ne violent pas leur épouse. La politesse n'est évidemment pas la seule parade aux agressions, mais elle fait partie des réponses."

Pourquoi tant d'adultes rechignent à exiger la politesse des enfants ?

Notre société prône une éducation visant essentiellement à l'épanouissement des compétences de l'enfant et à son bonheur maximal. Dès sa naissance, il est regardé comme un être qui dispose d'un potentiel complet que l'adulte doit s'efforcer de ne pas abîmer. Dès lors, on ne veut rien lui imposer. Mais c'est ignorer que l'enfant ne peut pas s'humaniser tout seul. Et que sans cet apprentissage essentiel, il reste imbibé d'individualisme, devenant étranger à la destinée de l'autre.

Ingrid, 68 ans, pour : Si je ne le fais pas, qui le fera ?

"Je suis toujours scandalisée quand mes petits-enfants viennent à la maison. Je dois sans cesse leur rappeler de formuler leur demande poliment, d'attendre leur tour, de ne pas interrompre la conversation… Quant à m'embrasser pour me dire bonjour, n'en parlons pas! D'autant que leurs parents cautionnent : pas question de forcer leur petit ange à me faire un baiser !"

Faut-il obliger un enfant à embrasser ses proches ?

"Autant on aide un enfant à se socialiser quand on lui apprend à dire bonjour ou merci, autant l'obliger à embrasser quelqu'un n'a aucune valeur pédagogique. Pire: cela revient à lui enseigner que le toucher se force. Il faut respecter son besoin de distance physique. Mais cela ne veut pas dire que l'enfant peut se permettre d'ignorer l'autre: une salutation n'est pas superflue. Il est bon que cette grand-mère assume pleinement son rôle de transmission. Avec un peu d'humour, de persévérance, de respect et d'amour, il est fort à parier que son message sera entendu."

En savoir plus

  • Diane Drorywww.drory.be
  • Jean-Marc Mathis, Boris, mon petit manuel de politesse, Thierry Magnier Eds
  • C. Moutarde, S. Frattini, Les gros mots, éd. Milan
  • Véronique Cauchy, Les bonnes manières racontées et expliquées aux enfants, Rue des Enfants
  • Philippe Jalbert, Le dictionnaire des bonnes manières pour les enfants et pas que..., Larousse

Mots clés: Pédagogie