• enfant-dessin
  • bebe-bac-a-sable
  • garcon-couche-chien
  • enfants-plage
  • garcon-et-bebe
  • mains-adulte-enfant
  • enfants-bataille-coussins
  • garcon-feuilles
  • enfants-bataille
  • parent-enfant-main
  • maman-bras-bebe
  • fille-nounours
  • velo
  • garcon-dessin
  • fille-portable
  • garcons-tire-la-langue
  • fille-ado-ecole
  • fille-bulles
  • fille-ado-chien
  • parents-mains-fillette
  • fille-mer-chien
  • garcons-riviere
  • bebe-frere
  • fille-chien

Contre l’effroi : la masturbation

Quand l’étrangeté du monde prend des proportions excessives, on s’efforce souvent de faire face en misant sur ce que l’on a de plus intime, de plus sûr, de plus sensible, de plus terre à terre : le sexe. Certains enfants éprouvés investissent leur sexe sans compter.

Le jeu du touche pipi.

Une mère s’inquiète pour Jacques, 6 ans, aîné de trois enfants vivant au centre d’un divorce sanglant. Les parents ne se sont pas épargné les coups bas, trahisons et menaces en tout genres. « Est-il normal que Jacques n’arrête pas d’avoir la main dans la culotte ? J’entend dire qu’à l’école il s’isole pour se masturber. A la maison, c’est sans arrêt. Même en jouant, il trouve encore le moyen de vérifier si tout y est… Je cherche à élever mes enfants avec le sens de la pudeur et je me sens mal à le voir se tripoter ainsi à longueur de journée. D’où lui vient cette sale habitude ? Est-ce pour me provoquer ?», se lamente la mère du petit.

Se masturber pour lutter contre un état dépressif

Un enfant jeune ou plus âgé qui se masturbe énormément, au point que cela devient une activité obsédante, doit attirer notre attention. La masturbation d’un enfant n’a rien à voir avec la masturbation de la puberté ; c’est un jeu rythmé utilisé comme outil de sécurisation. Cette technique, geste instinctif de se cramponner à ses organes génitaux, apparaît d’ailleurs, même chez des adultes, lorsqu’on se sent menacé.

Souvent, ce comportement signe la traversée d’un vécu de désarroi. Un enfant peut élire la masturbation comme un moyen de lutter contre l’angoisse suscitée par un état dépressif. En effet, lorsque pour une raison ou une autre un enfant traverse un moment difficile ou se vit de façon négative au regard de ses proches, il craint de sombrer dans un engourdissement psychique mortel. Il cherche alors un sentiment de revitalisation par la masturbation, le sexe étant le siège de la Vie. Investissant cette partie du corps comme lieu de plaisir, lui permet de tenir le coup face à la vie. La masturbation est ainsi utilisée comme rempart contre une poussée dépressive, à travers elle, l’enfant se console et se rassure en trouvant encore « quelque part » un plaisir à prendre ou à vivre.

Repli sur le corps érotique

Pour Jacques, le plaisir érotique que lui fournit son corps est devenu l’île de tous les plaisirs ou plutôt sans doute la seule île de plaisir… La vie quotidienne ne lui procurant  plus de stress, d’angoisses que de plaisirs, il revient en arrière. Au temps où le Principe du Plaisir lui était offert par des satisfactions pulsionnelles au niveau du corps. Il se réassure du fait que la vie peut avoir du « bon » en sentant ce bon au raz de son corps. C’est sa façon à lui de faire face à la complexité du monde sans sombrer dans l’effroi de ne plus y trouver ses repères rassurants.

La sensation procurée par ses caresses apporte à l’enfant ce quelque chose de bon, de mystérieux qui le touche au plus profond de lui-même. Sensations qui le protègent en l’isolant un temps d’un monde trop grand, trop anonyme et inquiétant dans lequel il est appelé à vivre.

Face à un monde familial désorienté ou à un désarroi personnel, la masturbation, référence au siège même de la vie, permet à l’enfant de retrouver un repère de base. Le lieu même d’où vient la Vie.

Une solution adéquate ?

Il n’y a aucun mal à ce qu’un enfant passant par une période critique s’accroche à ce qui le constitue pour continuer à trouver un minimum d’équilibre et de repères. Pour tenir le coup, ce leurre de bonheur peut être nécessaire. Mais il devrait rester provisoire, car c’est un leurre dangereux si l’enfant en prolonge l’usage et se focalise uniquement sur cette activité. La masturbation lui fait alors lâcher la proie pour l’ombre et passer à côté d’autres investissements essentiels à sa croissance psychique. 

Mots clés: Sexualité Corps Sécurité Souffrance