• enfants-plage
  • fille-chien
  • enfant-dessin
  • bebe-frere
  • garcons-tire-la-langue
  • garcon-et-bebe
  • parent-enfant-main
  • garcon-couche-chien
  • fille-nounours
  • bebe-bac-a-sable
  • fille-ado-chien
  • fille-mer-chien
  • mains-adulte-enfant
  • garcon-dessin
  • fille-bulles
  • garcon-feuilles
  • enfants-bataille
  • parents-mains-fillette
  • fille-portable
  • velo
  • garcons-riviere
  • enfants-bataille-coussins
  • fille-ado-ecole
  • maman-bras-bebe

Dire merci, d'accord mais pourquoi

La politesse rend la vie, en société, plus agréable. Pour cette raison, les parents souhaitent que leurs enfants disent "merci" lorsqu'ils reçoivent un cadeau ou qu'un service leur est rendu. Les enfants ne l'entendent pas toujours de cette façon, certains ont du mal à se plier à cette demande de l'adulte.
Parfois et plus souvent qu'on ne le pense, un certain malentendu plane sur cette exigence parentale. En effet, un enfant questionne toujours les tenants et les aboutissants de toute requête formulée à son égard par les adultes. Or certains parents, dans la manière dont ils exigent une attitude de gratitude de la part de leur enfant, donnent à celui-ci le sentiment d'avoir, avant tout, à être redevable envers ce qu'il reçoit de l'autre. Dans ce cas, le geste accompli à son égard est plus important que l'acte dont il a bénéficié....
Écoutons Laurence: " Lorsque j'étais toute petite j'aimais recevoir un cadeau, mais en grandissant je me suis mise à détester les fêtes. Lors de la distribution des présents je ressentais un sentiment désagréable de révolte intérieure face "aux mercis" que j'étais contrainte de débiter après chaque déballage! J'avais l'impression que le but du cadeau ne n'était pas de me faire plaisir mais de me mettre dans une situation obligatoire de reconnaissance à l'égard de l'adulte. Comme si aux yeux de l'adulte le cadeau n'avait d'importance qu'en fonction du merci qu'il engendrait...
Un cadeau, je ne le ressentais donc pas comme un geste d'affection envers moi mais bien plus comme un don fait pour m'obliger à manifester une dépendance et une obligation d'un geste d'amour envers l'autre. Par exemple, lorsque ma mère se réjouissait d'aller acheter mon cadeau d'anniversaire, moi j'éprouvais le sentiment que son enthousiasme n'était motivé que par l'exigence légitime qu'elle pouvait revendiquer en m'obligeant de lui dire ...Merci!
Pour moi ce merci signait l'obligation d'aimer l'autre, le cadeau en devenait un prétexte idéal. J'aurais tant voulu vivre l'impression de recevoir un cadeau simplement parce que l'on m'aimait moi, sans plus!
La maman de Laurence était sûrement à cent lieux de se rendre compte du désappointement de sa fille à chaque anniversaire ou à chaque St-Nicolas! Par souci de bonne éducation elle portait sans doute, tant d'attention à l'attitude de remerciement qu'elle en oubliait de manifester sa joie de faire plaisir! Ainsi naissent des malentendus, des blessures qui mettent parfois des années à se guérir et à se pardonner.
Laurence est devenue mère à son tour. La question du merci, elle y a mûrement réfléchi. Écoutons la encore: " J'ai appris à mes enfants à dire merci dans des situations d'habitudes sociales; un merci non émotionnel, un merci de bienséance lorsque, par exemple, un bonbon leur est offert dans un magasin. Mais je me refuse de les obliger à dire merci lorsqu'à l'occasion d'une festivité, un cadeau leur est offert; je préfère jouir du plaisir de les voir s'émerveiller. D'ailleurs souvent, spontanement, l'enfant remercie; parfois plus tard, à un moment où l'on s'y attend pas. Ainsi, l'autre soir, au lendemain de Noël, ma petite fille, me serrant fort dans ses bras, me chuchota un délicieux "Merci pour ma belle poupée." Mon coeur en était tout chaviré. Ce merci spontané, ce cri du coeur était un veritable cadeau en retour!"
Cette gratitude spontanée envers quelqu'un qui vous à fait plaisir ou qui vous à rendu service naît chez l'enfant lorsqu'il se sent respecté dans les gestes qu'il accomplit journellement à l'égard de l'adulte. En d'autres mots, l'enfant à qui l'adulte s'adresse en lui disant: "S'il te plaît veux tu me passer l'eau." ou encore "Merci d'avoir rangé la salle de bain", se sentant respecté, n'aura aucune peine, en grandissant, à spontanément remercier celui qui à son tour lui aura fait plaisir.
Alors le merci, devient un signe spontané de gratitude et non une obligation de servilité.