• enfants-bataille
  • fille-portable
  • fille-ado-ecole
  • fille-mer-chien
  • maman-bras-bebe
  • enfants-bataille-coussins
  • enfant-dessin
  • garcon-couche-chien
  • fille-bulles
  • parent-enfant-main
  • garcons-riviere
  • garcon-dessin
  • bebe-bac-a-sable
  • mains-adulte-enfant
  • fille-nounours
  • garcon-et-bebe
  • garcon-feuilles
  • velo
  • garcons-tire-la-langue
  • fille-chien
  • bebe-frere
  • parents-mains-fillette
  • enfants-plage
  • fille-ado-chien

Je vais faire du bazar

Un petit bout de chou de trois ans révolutionnant la vie familiale, en essayant d'imposer sa loi, est chose fréquente!
"Mon fils a les qualités de ses défauts", raconte Jacques " C'est un fonceur, il n'a peur de rien, rien ne l'arrête mais... il ne supporte pas la moindre contrainte. Quand il doit se plier à une de nos demandes, il ne tarde pas à se venger en effectuant une expédition punitive!"
" Une expédition punitive???..."
" En quoi cela consiste? Je vais vous l'expliquer. Si notre Benjamin nous déclare froidement: " Bon si c'est comme ça, je vais faire du bazar!" croyez moi, nous nous sentons menacés. Avec quoi va-t-il se venger? Que va-t-il casser? Sur quoi va-t-il passer sa rage? Parfois, il se venge sur nous en détruisant un objet, d'autres fois il décide de tout casser dans sa chambre. " commente le père.
Nicole continue: " Parfois surgissent un autre type de menaces. " Si je dois ramasser les jouets, je ne vais pas à la piscine." Evidemment, là, il m'imite; souvent je suis amenée à utiliser ce type de chantage pour obtenir ce que je veux. Cet enfant m'épuise, rien n'est satisfaisant à ses yeux. Je met du lait sur ses corn-flakes, il n'en veux pas. Je n'en met pas, il hurle de rage.
De la provocation se rajoute à sa tyrannie. Il tire la langue à qui le regarde, s'attirant ainsi les regards désapprobateurs de notre environnement familial et social. " Les amis de Jacques et Nicole reprochent à ceux-ci de se laisser damer le pion, ils ne souhaitent plus inviter Benjamin  car il est "infernal" ou "trop insupportable". A l'école, il est déjà catalogué "agressif", "violent", ne parlera-t-on pas bientôt de "caractériel"... à 3ans et demi...
Bien sûr un enfant calme et docile est plus agréable de compagnie, hélas ou heureusement un enfant ne s'achète pas sur mesure! Après tout, ces enfants très personnels ne seront-ils pas les moteurs de la société à venir?
Plutôt que de crier haro sur le baudet, réfléchissons aux possibles moyens à mettre en place pour endiguer ces débordements de force vitale, afin de faire de celle-ci un atout pour l'enfant et non pas une cause de rejet.
En premier lieu oser affronter le conflit, l'assumer en imposant à Benjamin des règles familiales bien claires et inébranlables quoique le petit dise ou fasse. Ceci ne s'avère pas toujours facile. Jacques et Nicole ont une vie professionnelle très envahissante; il n'est guère agréable, d'appliquer pendant ces courts moments de retrouvailles familiales, une discipline de fer. Nicole ajoute: " Certains soirs, je garde Benjamin longtemps avec moi. Mon mari étant souvent absent, les soirées sont longues... D'autres soirs, j'ai beaucoup à faire et je le voudrais au lit à 7
heures 30. ces soirs-là, il ressort constamment de son lit me réclamant quinze choses différentes. Cela se termine toujours mal."
"Parfois" , surenchérit le père "j'en ai tellement marre qu'une taloche plus violente que prévue, m'échappe. Après je me sens mal et cette culpabilité me rend trop tolérant pendant quelques heures!"
Intelligent, ce petit a  trouver les fragilités parentales pour installer son pouvoir, sa tyrannie sur le couple parental. Au chantage de sa mère, il répond par du chantage bien ficelé; face à la violence du père, il n'hésite pas à utiliser la même arme en cassant un objet! Son père nous l'avait déjà dit, ce petit n'a pas froid aux yeux! Peut-on reprocher à un enfant d'être intelligent et courageux? Pour rétablir la quiétude familiale, balayons reproches et culpabilité permettant ainsi de mobiliser suffissament d'énergie pour faire respecter un ordre du jour strict, clair et rigoureux. Cela rassure autant les enfants que les parents!
Outre un cadre de vie clairement défini, la vitalité enfantine a besoin d'espace, d'un territoire appartenant à l'enfant et dont il se sent responsable. Incontestablement, le premier territoire essentiel sera : le corps de l'enfant et les activités s'y rattachants directement tels que l'habillement, la nourriture, les soins portés au corps, etc..Ainsi, Benjamin eut plus de facilité à accepter la loi familiale quand il pu participer au choix  quotidien de ses vêtements, quand il fut autorisé à organiser l'agencement de ses jouets dans sa chambre et... quand, avant qu'il ne soit versé, il pu décidé si oui ou non il souhaitait du lait sur ses corn-flakes! Les hurlements antérieurs, lors du petit déjeuner, ne reflétaient pas un
désir d'ennuyer sa mère mais bien plus une manière de dénoncer le peu de responsabilités lui incombant.
Aujourd'hui le courage et l' intelligence de ce petit, s'épanouissent sous les applaudissements de l'entourage et pour son plus grand bonheur. De cet enfant "difficile", ne parlera-t-on pas plutôt en termes d'enfant "doué"?