Jeunesse d’aujourd’hui- tendance au surpoids

Aux Etats-Unis, le nombre d’enfants souffrant d’une surcharge pondérale a doublé en une génération. En Belgique, déjà 11% des enfants manifestent un surpoids, ne prenons pas cela à la légère…Le surpoids est un facteur de risque au point de vue de la santé car avec le temps, l’excès de poids devient permanent.

Or l’obésité est une maladie qui favorise les troubles cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, le diabète et peut être certains cancers. L’expression « cela s’arrangera avec le temps » est trompeuse…

En plus du fait que l’espérance de vie est diminuée par l’obésité, cette dernière est  un élément de rejet social, les gros étant considérés comme laids et peu attirants, comme des personnes manquants de volonté, avides de relations et envahissantes. Cet ensemble de facteurs les pénalisent dans leur vie professionnelle et dans leur vie privée.

Si on ne peut nier une prédisposition génétique et certains facteurs psychologiques, dans la mise en place d’une surcharge pondérale, l’impact des mauvaises habitudes alimentaires et du manque d’exercice est très important.

Mauvaises habitudes alimentaires

Tous les enfants en surpoids ne sont pas boulimiques à savoir être habités par un continuel et irrésistible besoin de manger, de se remplir comme si leur estomac était un trou sans fond. Mais tous ont de très mauvaises habitudes alimentaires qui entraînent une dominance de l’apparition des graisses par rapport à la destruction de celles-ci.

Notre société favorise un environnement riche en nourriture, d’ailleurs délicieuses, ce qui est tentant. Les magasins rengorgent de sucreries et snacks de tout ordre qui se vendent grâce à une publicité spécialement orientée vers les enfants…De plus notre société privilégie le quantitatif au détriment de la qualité. Il suffit, par exemple, de voir le pop corn qui, dans les cinémas, se vend en seau et non plus en sachet …

On a aussi constaté un surinvestissement des « trop gros » face aux stimuli extérieurs et un manque de contrôle et d’attention aux stimuli internes reflétant leurs besoins physiologiques. Comme me le disait un père à forte tendance obèse  « Quand nous mangeons, il n’y a pas de stop qui s’allume, c’est un trou béant  qui n’en finit pas de se remplir »

Souvent l’adolescent en surpoids grignote sans cesse parce que les moments de nourriture n’ont pas été structurés dans son enfance. Il n’y a pas de ponctuation de temps par des repas à heures fixes, le frigo accessible, ouvert et dévasté à toutes heures. Les voitures également, toutes pourvues  de porte-cannettes, sont des lieux de nutrition. Comme s’il fallait sans cesse pallier à la menace de ne « pas avoir », de « manquer »…

Il y a aussi cet accord tacite de certains parents face à un enfant qui se gave. Un autre parent raconte : « A l’école après s’être resservi quatre fois, les éducateurs refusaient de lui remplir son assiette. C’est normal, se servir quatre fois c’est déjà le double des autres. Maintenant, il revient manger à la maison à midi comme cela il peut se servir autant de fois qu’il veut. » Quel paradoxe entre le bon sens en paroles et l’impossibilité pour ce parent de mettre une limite à l’hyperphagie de son enfant!

Manque de mouvement

Mauvaises habitudes alimentaires et manque de mouvement sont toujours liés. A force de grossir, l’enfant trop gros acquiert un rythme plus lent. Reste à savoir s’il ne bouge pas parce qu’il est gros ou s’il devient gros parce qu’il ne bouge pas ? Une chose certaine : l’enfant corpulent a peur de bouger, au propre comme au figuré.

Une des raisons de la croissance actuelle du nombre d’enfants en surcharge pondérale est certainement à attribuer une vie sociale qui ne stimule plus le mouvement,  l’inquiétude parentale face à l’insécurité jouant un rôle important. Très souvent, l’enfant est conduit et ramené de l’école en voiture ou par les transports publics. Rare sont les enfants qui se déplacent vers l’école à pied ou en vélo.. Au retour de l’école, les moments de détente ne sont plus dédiés à jouer dehors pour se défouler mais plutôt de se retrouver ( de nouveau assis…) devant la télévision ou l’ordinateur avec une boisson sucrée et des chips pour toute compagnie…Et si cela engendrait solitude et colère enfouies derrière l’écran adipeux de la passivité ?

Remèdes ?

Devant cet état de fait n’est-il pas de la plus haute importance que les parents favorisent dès le plus jeune âge une alimentation équilibrée, fassent boire suffisamment d’eau à l’enfant et fassent des repas un événement familial ? Par ailleurs il est indispensable d’inciter l’enfant à se remuer en le stimulant à pratiquer quotidiennement une activité par laquelle il met son corps en mouvement.

Attention, obliger l’enfant trop gros à suivre un régime strict n’est sans doute pas le meilleur des remèdes ; cela  peut aboutir à ce que l’enfant fasse une fixation sur la nourriture, obsession qui risque d’affecter son pouvoir de concentration et d’attention,. Il vaut mieux prendre comme objectif qu’il conserve son poids, car en grandissant le rapport poids/taille s’améliorera de lui-même,  lui apprendre à manger autrement (lors des repas et pas n’importe quand) et l’inciter à se déplacer. Laisser les sentiments de culpabilité et les récriminations à la porte…, d’ailleurs les mensurations idéales ne s’appliquent qu’à peu de personnes ! 

Mots clés: Corps Alimentation Santé Cadrer