• garcons-tire-la-langue
  • garcon-dessin
  • bebe-frere
  • parent-enfant-main
  • fille-ado-chien
  • enfants-plage
  • maman-bras-bebe
  • garcon-couche-chien
  • garcon-feuilles
  • fille-portable
  • enfants-bataille-coussins
  • bebe-bac-a-sable
  • garcons-riviere
  • enfants-bataille
  • mains-adulte-enfant
  • parents-mains-fillette
  • fille-ado-ecole
  • garcon-et-bebe
  • fille-bulles
  • fille-nounours
  • enfant-dessin
  • velo
  • fille-mer-chien
  • fille-chien

L’espace d'une terrasse

L’été s’achève, pour profiter des derniers rayons bienfaisants, deux dames accompagnées d’un bambin de trois ans surrotent un petit café dans un bistrot à l’orée d’un parc.

Eduquer, est-ce faire primer le désir de l’adulte ?

Le petit Harold accroché au rebord de la table, voit un autre enfant passer non loin de lui. Prestement il fait quelques pas vers celui-ci mais rapidement une main ferme le ramène vers le bord de la table. Quelques minutes plus tard arrive un petit chien. A nouveau attiré par cette petite boule de poils, l’enfant se précipite à la rencontre de l’animal. Pas de chance, la même main ferme de celle qui est sans doute la grand-mère, le somme de ne pas s’éloigner de la table.

Le lieu est cependant sans danger parce que sec et piétonnier, il ne risque donc ni de se faire renverser ni de se salir ! L’enfant s’énerve et veut prendre du large. Pour seule réponse à ses désirs d’indépendance, il est replacé aussi sec dans son buggy et calé entre les deux adultes. Harold ayant manifesté un peu bruyamment son mécontentement, une tétine engouffrée dans sa bouche, vient immédiatement clore son discours. Vous vous en doutez, il n’en a cure et celle-ci est recrachée instantanément ! Voulant, sans doute, faire preuve d’autorité, la dame plus âgée le prend sur ses genoux et lui maintien de force la tétine dans la bouche afin de minimiser les sons émis par l’enfant et éviter que ceux-ci ne perturbent l’entourage.. La maman regarde son enfant mi-énervée, mi-soucieuse mais visiblement elle n’ose intervenir.

L’enfant continue à se débattre alors d’un ton assuré la grand-mère déclare : « Cet enfant est fatigué, je vais l’endormir ».

Elle replace l’enfant dans le buggy et se met en route. L’enfant assez content de ce changement d’horizon se penche en avant pour attraper une feuille…mais une main vigoureuse veille et avec fermeté le cale au fond du buggy en lui intimant l’ordre de dormir.

Et les voilà partis. La maman se tortille sur sa chaise, commande un autre café – allume cigarette sur cigarette. N’aurait-elle pas envie d’autre chose pour son enfant ? Mais il n’est guère aisé pour une jeune mère d’imposer ses vues faces au « savoir éducatif » qu’imposent certaines grands-mères…

Dix minutes plus tard, l’aïeule revient triomphante, l’enfant dort ! Tout le monde a la paix. Il est parqué à 10m de leur table, le corps tourné vers un arbre et…on ne l’a plus entendu. A 11h30 du matin, était-il vraiment fatigué ou a-t-il finalement choisit le sommeil comme échappatoire à son désir de découverte du monde ?

Une autre vision éducative : soutenir le désir en le cadrant.

Voilà qu’arrive à la même terrasse un jeune couple encadrant un enfant de plus ou moins quatre ans.

A peine assis, l’enfant demande à son père de lui faire visiter l’intérieur du bistrot. Le père acquiesce et fait faire à l’enfant ce tour de reconnaissance. A peine revenu à la table, voici que l’enfant monopolise sa mère pour aller regarder un aquarium non loin de là.

A première vue, ces parents semblent se plier aux quatre milles volontés de leur petit. N’est-ce pas là cultiver un terrain propice à développer la graine de tyran qui sommeille dans le cœur des enfants vifs et volontaires ? Voyons la suite.

L’enfant revient avec une nouvelle demande, mais cette fois, les parents ayant sans doute estimés avoir consacré chacun du temps à l’enfant, répondirent en chœur :« Maintenant tu nous laisse tranquilles, Papa et Maman ont envie d’être un peu ensemble. » Mais l’enfant ne l’entend pas de cette oreille ! Il tire sur la chaise de sa mère, fini par crier sa rage de ne pas la voir se plier à sa demande. Calmement le père lui dit : « Cela suffit, Maman reste avec moi. » Mais l’enfant lui tourna brusquement le dos et refusa de l’entendre. Il continua à tirer avec rage sur le bras de sa mère espérant sans doute que, craignant le regard désapprobateur des autres consommateurs, elle céderait. Celle-ci, en effet était visiblement un peu ennuyée par ce petit esclandre public mais cela ne l’empêcha pas de reformuler fermement le message de son mari.

Elément dérivatif, le serveur arrive avec la commande, un coca pour la mère, une bière pour le père et un jus de pomme pour le gamin.
« Veux pas mon jus ! » décréta l’enfant mécontent.
« As-tu envie de goûter ma bière ? » demanda le père.
L’enfant étonné daigna lancer un regard vers son rival de père et acquiesça à la proposition malgré les récriminations maternelles qui lancèrent un « Tu ne vas quand même pas lui faire boire de la bière ! »
« Une gorgée de bière ne peut lui faire aucun mal, il faut bien qu’il apprenne à devenir un homme ! » fut la réponse ; L’enfant flatté et ravi, mis sa paille dans le verre du père, prétendit que c’était bon mais… demande son verre de jus de pomme !

Tranquillement la petite famille dégusta les moments qui suivirent, l’enfant partant régulièrement faire des petits tours de reconnaissance.

Un même lieu, un même moment nous à permis d’observer deux manières de réagir à la saine envie d’indépendance d’un jeune enfant. A votre avis, quel enfant sera plus fort face aux frustrations de la vie, celui que l’on endort ou celui avec lequel on ne craint ni complicité, ni conflit ?

Mots clés: Education Pouvoir Cadrer Désir