• velo
  • fille-ado-ecole
  • fille-ado-chien
  • garcon-feuilles
  • bebe-bac-a-sable
  • mains-adulte-enfant
  • enfants-bataille
  • garcons-tire-la-langue
  • garcons-riviere
  • fille-nounours
  • maman-bras-bebe
  • parent-enfant-main
  • garcon-dessin
  • enfants-plage
  • parents-mains-fillette
  • fille-mer-chien
  • garcon-couche-chien
  • fille-portable
  • garcon-et-bebe
  • bebe-frere
  • fille-chien
  • fille-bulles
  • enfants-bataille-coussins
  • enfant-dessin

Le poids des mots

Apprendre à lire, à assimiler l'orthographe, à résoudre des problèmes mathématiques est un long fleuve pas toujours tranquille! Pour certains cette tâche se transforme en cauchemar. Sur un bout de papier, Julie a griffonné son désarroi.
A l'école, ça ne va pas
le prof veut des RÉPONSES
je ne comprends rien
dans ses yeux je lis BÊTE
Bête, ça veut dire méchant?
j'ai peur
ils vont me REGARDER
ils disent: "Pourquoi cette enfant ne comprend pas
ils ont peur de moi
parce que je fais pas comme les autres.
Et pourtant.. Julie est une petite fille comme les autres; son désarroi, bien d'autres enfants; hélas, le connaisse. Souvent il a commencé dès les premières primaires suite à des situations aussi anodines que celle relatée ci-après.
A la mère revient souvent la tâche de surveiller devoirs et leçons. La voilà mise en position de prouver à la société que l'enfant issu de son sein est parfaitement apte à répondre aux attentes des adultes qui l'entourent! Il n'est guère difficile d'imaginer le stress que comporte pareille situation surtout lorsque tout ne coule pas de source...Ainsi Maman faisant répéter les leçons se retrouve parfois à la fois consternée et agacée: " Plus de 10 fautes dans cette dictée pourtant déjà préparée hier! Ou donc as-tu la tête!" Alors oralement ou mentalement elle ne peut s'empêcher de dire: "Comment est-ce possible d'être aussi bête?" Angoissée pour l'avenir de son rejeton, le lendemain, parlant au professeur, elle lui demande:  "Après une première primaire pas très satisfaisante, mon enfant ne court-il pas droit à l'échec scolaire?"
" Je reconnais," répond celui-ci, " que cet enfant fait beaucoup plus d'erreurs en calcul que les autres enfants de la classe." Et nous voilà confronté à l'éternelle comparaison, difficile à éviter pour les adultes mais au combien angoissante pour l'enfant car elle induit  la crainte de ne pas être conforme au désir de l'adulte tandis que l'autre l'est, l'autre est donc plus aimable...
Si une situation de blocage face à l'apprentissage scolaire est difficile à vivre tant pour l'adulte que pour l'enfant, tâchons de ne pas l'aggraver par un discours trop culpabilisant, alarmant ou négatif car ce faisant nous ne faisons que resserrer le noeud du blocage.
Fautes, erreurs, échecs, tous ces mots ont-ils le même poids, le même sens?
Consultons le dictionnaire: Faute: Omission constituant un manquement à une règle avec obligation de réparation. Parallèle à l'idée de: défaut, imperfection.
Erreur: Acte de l'esprit qui tient pour vrai ce qui est faux. Renvoie à des notions de malentendu, de méprise.
Échec: revers éprouvé par quelqu'un qui voit ses espérances trompées. Associé à l'image de défaite.
Force nous est de constater que les significations de chacun de ces mots, souvent employés l'un pour l'autre, est bien différente. De plus, dans notre psyché individuelle, chacun d'eux est chargé d'un contenu imaginaire spécifique; celui-ci transmis involontairement, par l'intermédiaire de l'intonation de notre voix, par la puissante de notre regard, par nos gestes ne laisse pas les enfants insensibles...
La notion "d'erreur" n'est-elle pas plus rassurante que celle de "faute" véhiculant tout un arsenal de culpabilité et de nécessaire réparation? Si l'adulte conçoit qu'un enfant fasse des erreurs d'hypothèses, celui-ci se sentira mis en position d'acteur de son apprentissage. Alors qu'un enfant sujet d'un enseignemen se sent "fautif" s'il n'assimile pas parfaitement la matière imposée. Surgit alors en lui, le sentiment du "mal" faire.
L'erreur, non seulement est humaine, mais de plus est le cheminement permettent le progrès, elle un détour vers la réussite. Ainsi explicitée à l'enfant, elle peut devenir un aiguillon positif. Le mot faute, plus souvent relié à des notions négatives engendrant culpabilité, déception de l'adulte, induit l'échec...de sa vie.