• garcon-dessin
  • parent-enfant-main
  • fille-bulles
  • enfants-plage
  • enfants-bataille-coussins
  • fille-chien
  • garcon-feuilles
  • fille-nounours
  • enfants-bataille
  • garcon-et-bebe
  • bebe-frere
  • fille-portable
  • garcon-couche-chien
  • garcons-riviere
  • bebe-bac-a-sable
  • fille-mer-chien
  • mains-adulte-enfant
  • velo
  • parents-mains-fillette
  • enfant-dessin
  • maman-bras-bebe
  • fille-ado-chien
  • fille-ado-ecole
  • garcons-tire-la-langue

L'intimité du courrier

Suite à mon petit billet concernant le droit de l'enfant à l'intimité du corps, une lectrice me confia l'anecdote suivante:
"Marraine d'une petite fille, je lui ai adressé (déposée dans la boîte aux lettres et non pas confiée aux bons soins de la poste) une jolie carte pour lui souhaiter un heureux huitième anniversaire." La petite Sarah passait, à cette époque, quelques jours de congé chez son père, ses parents étant séparés.
La grand mère poursuit: " Quelle ne fut pas ma surprise, lorsque de son retour chez sa mère, je demandai à Sarah si elle avait pu redessiner les fleurs et les petits lapins qui se trouvaient sur la carte (sur l'enveloppe aussi d'ailleurs) que je lui avais envoyée et, de l'entendre dire: "Ah non, je n'ai pas vu ta carte, Papa prend le courrier, l'ouvre, lit tout haut ce qu'il y a dedans, puis il cache le courrier."
J'ai questionné ses frères et soeurs, ils m'ont confirmés les dires de leur soeur. Cela ce passe toujours comme cela, parait-il. L'un d'eux s'étant permis antérieurement de réclamer avec véhémence un courrier, avait été sévèrement puni, le père ayant certifié que rien ne leur appartenait."
Pour certains d'entre vous cette histoire paraîtra un conte des temps passés. En effet, l'attitude de ce père  n'est certainement plus monnaie courante. Cependant, plus souvent que nous le voudrions, il nous arrive qu'imbus de notre pouvoir d'adulte, nous enfreignons la loi du respect de l'autre ou son droit à avoir un territoire propre dont nous sommes exclus.
Poursuivons sur la lancée "courrier" et prenons l'exemple suivant: Un petit ne sachant pas encore lire reçoit une carte. Souvent, spontanément nous prenons possession de la missive en disant à l'enfant "Tiens, tu as reçu une carte, je vais te la lire." Dans notre empressement , s'en se rendre compte, un peu sans doute comme si cette carte nous était adressée, nous avons ôté à l'enfant une partie de "son" plaisir. Avez-vous déjà vu les yeux d'un enfant à qui l'adulte, dépouillant le courrier, lui tend une carte sans l'avoir examinée au préalable, en disant " Oh, aujourd'hui il y a aussi du courrier pour toi. Si tu en a envie, je te lirais ce qu'il y a écrit."
Vous trouverez peut-être que je coupe les cheveux en quatre. Et pourtant, la vie quotidienne est constituée d'une série de petits événements l'un venant à la suite de l'autre. C'est au travers de ceux-ci, souvent taxés d'anodins, que nous transmettons à l'enfant l'exemple d'une attitude dans la vie.
Aussi, si nous souhaitons qu'un enfant ne fouine pas dans notre correspondance ou devenu adolescent, n'épluche pas nos extraits de banque, commençons par lui montrer l'exemple en respectant la vie privée qui est la sienne. Et pourquoi pas depuis sa petite enfance! Respecter, par exemple, les billets doux trouvés dans les cartables et à propos desquels les adultes font parfois des blagues pas drôles du tout...
Dans sa lettre, cette grand mère dit encore: "Je me rappelle des jolies cartes que je recevais de mes grands-parents, parrain, marraine, amis, amies, cousins, cousines, aux fêtes et anniversaires, rangées dans une boite à biscuits, que je regardais encore avec beaucoup de plaisir après de nombreuses années." Voici un autre détail bien important. Moi aussi je me rappelle de ma "boite à trésors" cachée au fond de mon armoire, remplies d'objets absolument stupides aux yeux d'un adulte, mais qui pour moi rassemblaient une partie de la beauté du monde. C'étaient, trouvailles déterrées au fond du jardin, plume d'oiseau ou boite d'allumettes si petite qu'elle semblait sortie d'un conte d'Andersen.
Or, que de fois n'entendons nous pas l'adulte soucieux d'ordre et de rationalité dire "Aller, jetez moi toutes ces crasses, on ne sait rien faire avec cela...Tu ne vas quand même pas garder cette carte, ta copine t'en enverra encore d'autres!"
Dans ce monde où le temps pour soi et l'espace personnel se font choses rares, essayons d'être attentif de ne pas faire à nos enfants ce que nous ne souhaiterions pas qu'un autre nous fasse : nous prendre ce qui nous est unique!