• bebe-frere
  • parent-enfant-main
  • garcon-dessin
  • garcons-riviere
  • bebe-bac-a-sable
  • fille-ado-ecole
  • fille-bulles
  • garcon-feuilles
  • parents-mains-fillette
  • enfants-bataille-coussins
  • garcon-couche-chien
  • fille-portable
  • garcon-et-bebe
  • enfants-bataille
  • fille-ado-chien
  • fille-nounours
  • enfant-dessin
  • maman-bras-bebe
  • garcons-tire-la-langue
  • enfants-plage
  • fille-mer-chien
  • velo
  • mains-adulte-enfant
  • fille-chien

Maman - J’ai un secret

« Je sais ce que Papa va te donner pour ton anniversaire, mais je ne te le dirai pas ! » clame Camille du haut de ses cinq ans. Et malgré toutes les tentatives de séductions de sa mère, elle ne lâchera pas un mot de son secret. Cette petite phrase anodine l’est bien moins qu’on ne pourrait le penser !

S’il existe bien des secrets au rôle dévastateur, sachez qu’ « avoir droit à un secret » est indispensable pour tout un chacun !

Le jardin secret

Certains parents ont du mal à accepter qu’un jour, leur enfant dont ils croient tout savoir, affiche son jardin secret. « Vous ne pouvez vous imaginer comme Denis est décevant pour moi. Il ne me raconte rien de sa vie, de ce qui se passe à l’école, comme si je n’avais pas le droit de savoir ! » est la complainte de cette maman.

Pourquoi un enfant n’aurait-il pas le droit d’être discret quant à sa vie scolaire ? C’est son domaine, ce qui se passe là est de son ressort ! Il ne manifeste aucun signe de pathologie en défendant son jardin privé, s’il le fait avec tant d’insistance c’est peut être qu’il craint  ne trouver nulle part ailleurs un lieu d’intimité.

Ainsi certaines maisons, conçues sans portes, interdisent tout espace privé ; cocooning où chacun est sans cesse mis à nu dans chacun de ses faits et gestes car « il n’y a pas de raison qu’il y ai de secrets entre nous… » Et pourtant, le droit à un minimum de vie privée secrète a un effet structurant et fondamental pour la vie de tout un chacun. Tous, nous avons droit à notre jardin secret, droit d’avoir des pensées personnelles et de penser que celles-ci n’ont pas à être sues par d’autres si nous ne le souhaitons pas !

Le secret donne un certain pouvoir

Faut-il trouver là la réticence de certains adultes à ce que l’enfant ait un jardin secret ? Un secret peut être utilisé comme moyen de pression sur l’autre, détenir une information qu’un autre n’a pas, donne un certain pouvoir ! Observez les enfants entre eux ; très jeunes ils ont conscience du pouvoir de la détention d’un secret et sans ambages usent du « Je te le dirai si tu… » Posséder un secret permet de maintenir une forme d’emprise sur l’autre, obligeant celui-ci à être bien gentil avec le détenteur du secret s’il souhaite « être dans le secret » c’est à dire faire partie du groupe de ceux qui « savent » ! Le secret participe donc à la constitution du lien groupal, différentiant de la foule anonyme le groupe de ceux qui partagent le secret.

Bien sûr des conflits peuvent être déclenchés à cause d’un secret du fait que tel secret est réservé à tel ou tel, ou au contraire révélé à tel autre, dévoilé, rompu, trahi… Tout cela renvoie à la question de ce que l’on fait du secret et non pas à la valeur de secret…

Apprentissage de la capacité de se taire

Taire une information est la notification que l’on « sait » quelque chose mais qu’on ne le dit pas. L’apprentissage de la capacité de taire, ou de retarder l’expression de ce que l’on a à dire est liée à la capacité de contenir, de retenir donc de se contrôler.

Camille ne dévoile pas à sa mère le contenu du cadeau qu’elle recevra de son mari, elle détient un secret et elle ne craint pas de le lui faire savoir ! Sachant « garder » son secret, cette petite prouve sa capacité d’être seule psychiquement et de ne pas éprouver l’obligation d’être aux yeux de l’autre, totalement transparente et découverte. Analogiquement nous pourrions dire qu’elle a une peau étanche de laquelle rien ne suinte… et par conséquent cette peau bien étanche la protègera aussi de toute intrusion indésirable. Camille a acquis une saine autonomie.

De l’utilité des secrets

Lié à l’intimité, le secret marque la frontière entre le privé et le public. D’où l’importance pour Camille d’avoir une maman qui accepte ce secret, qui même si elle a deviné fera semblant d’être dans l’ignorance afin d’aider son enfant à garder son secret, à savoir contenir, retenir son secret

Le secret supporte et confirme les sentiments d’identité propre, de valeur ainsi que le plaisir de penser seul. Le droit au secret permet de constituer une délimitation claire entre les autres et soi, entre notre vie publique et notre vie privée. L’acte de taire ou de cacher se situe dans un cadre relationnel, et, dans ce cadre, il sert à marquer la différence entre ceux à qui le secret sera dit et ceux à qui il sera caché.

« Le secret est fondateur à la fois de la vie psychique personnelle et du lien avec les autres » nous dit S. Tisseron. En effet, construire et partager un secret est une manière d’établir et de maintenir un lien entre les détenteurs du secret ; ce lien différentie, de la foule anonyme, ceux qui le partagent.

Ainsi, par exemple, les couples en restant discrets sur la façon dont se déroulent leurs ébats amoureux ou autres connivences, utilisent une forme de protection de soi à l’égard de leurs enfants. Ceux-ci, tout en étant intrigués par les secrets d’alcôve, se voient soulagés par ces secrets car ils sont la preuve que le plaisir des parents n'est pas tributaire de la complicité de l'enfant ! De même, les enfants ont droit à une vie privée et les parents n’ont pas à s’adjuger le droit de tout savoir !

Le secret a donc le pouvoir de délimiter les générations et d’individualiser. 

Mots clés: Secrets Langage Intimité Individualisation