• fille-chien
  • garcons-riviere
  • enfants-bataille-coussins
  • garcon-couche-chien
  • garcons-tire-la-langue
  • garcon-dessin
  • velo
  • fille-ado-chien
  • parent-enfant-main
  • garcon-feuilles
  • enfants-bataille
  • enfant-dessin
  • fille-nounours
  • fille-ado-ecole
  • garcon-et-bebe
  • enfants-plage
  • fille-bulles
  • bebe-bac-a-sable
  • maman-bras-bebe
  • parents-mains-fillette
  • bebe-frere
  • fille-portable
  • fille-mer-chien
  • mains-adulte-enfant

Mes bras sont caches

"Je ne sais pas ce qui lui prend à ma petite Maya! Elle m'appelle à pleins poumons pour être mouchée, je laisse tout tomber pour voler à son secours et lorsque j'arrive...elle s'encourt!"
Je veux et je veux pas
Par son comportement, Maya, petite fille de 4 ans aux yeux pétillants, manifeste toute une série de paradoxes. Sans cesse elle prétend vouloir faire les choses seule mais lorsqu'il s'agit de passer à l'action elle supplie sa mére de le faire à sa place car elle dit "ne pas savoir". Elle veut prendre son bain seule mais refuse de se laver; elle dit vouloir aider sa mère mais à la moindre demande de celle-ci, un refus catégorique s'énonce, etc...Par contre pour d'autre chose Maya sollicite l'aide de sa mère, mais lorsque celle-ci s'appréte à la lui donner, Maya refuse avec véhémence, cette aide.
Maya semble donc être coincée dans un conflit cornelien: vouloir grandir en faisant seule,et en même temps ne pas oser assumer ce désir... et demander à Maman d'agir à sa place.
Etre pareille à Maman
" Ce qui me frappe aussi dans son attitude, nous dit la mère, est cette acharnement qu'elle mêt à me convaincre qu'elle est pareille à moi. J'ai en ce moment une petite blessure à la main qui handicape certains gestes courants, elle prétend avoir aussi une blessure à la main gauche! " Maya voudrait s'habiller comme sa mère, boire les mêmes vins, et face à un choix à effectuer, elle demande à sa mère de décider pour elle, sans doute pour être sûre de ne pas mettre l'espace de la "diffèrence" entre elle et sa mère.
En résumé, Maya voudrait agir avec indépendance mais passe rarement à l'acte, de plus elle s'éfforce de ressembler le plus possible à sa mère, à penser ce que la mère pense, à manifester la même gestuelle.
Sans doute ce pose pour Maya un dilemme insurmontable: être grande c'est faire à ma manière, de ce cas ma mère pourrait être déçue de ma diffèrence par rapport à elle et..ne plus m'aimer. En effet, le constat de la diffèrence engendre la crainte de créer, entre deux individus, un espace si grand, trop grand pour ces deux personnes puissent continuer à allimenter une relation de reconnaissance mutuelle et d'amour.
Un dessin parlant
Un enfant rencontrant une difficulté, par exemple la peur d'être, de par ses agissements, trop diffèrent du projet parental, peut l'exprimer par différents moyens.
Le biais du corps est souvent sollicité: "Ces derniers temps la petite se plaint souvent de maux de ventre" nous signale la maman.
Certaines attitudes aussi signalent la question du moment restée en suspend: " Ces derniers temps Maya nous réveille tôt le matin pour aller à la toilette. C'est excessivement ennuyeux car nous avons une vie professionnelle très chargée et nos heures de sommeil nous sont indispensables. Maya se rend compte de notre agacement et elle plutôt que de nous laisser dormir, elle m'a demandé hier: "M'aimez-vous encore si je vous réveille?"! Je ne savais que lui repondre!" Entre nous, il est utile de savoir qu'en pareil cas il est souhaitable de répondre à l'enfant que son attitude ne change rien à l'amour des parents pour sa personne. Un parent peut déplorer un comportement et en faire part à l'enfant en l'aidant à faire la distinction entre l'individu et les agissements de cet individu.
Mais revenons à notre Maya. En se reveillant tôt, trop tôt, elle agit à l'encontre du désir parental posant ainsi la question de l'amour; sans nul doute pour tester la manière dont sera apprehendée par les parents une attitude ne correspondant pas à leur schéma.
Par le dessin, Maya exprime aussi son hésitation à aborder la vie quotidienne au travers de ses gestes personnels. Continuons à écouter sa mère : " Maya s'est mise au dessin. L'autre jour, fièrement elle m'a montrer le croquis d'un personnage; celui-ci doté d'une assez grosse tête, me frappa surtout par l'absence de bras. Je lui demandai pourquoi elle n'avait pas fait de bras. "Mes bras sont cachés" fut la réponse. Qu'en pensez-vous?" Ce que j'en pense? La même chose que vous sans doute! Maya à une grosse tête à force d'y tourner dans tous les sens cette question primordiale: grandir et être diffèrente ou rester petite et ne pas faire ou ne faire que comme Maman.
Et les bras pourquoi seraient-ils cachés? Pour n'avoir pas la tentation de remplir leur mission, c'est à dire: prendre, tirer, pousser, appuyer, attirer vers soi, rejeter, soulever ou lacher et sais-je encore, ces milliers de gestes qui nous sont propres parce que porteur de notre manière bien personnelle d'affronter la réalité quotidienne et les mille occasions qu'elle suscite pour se faire marquer de notre empreinte.
Quelle merveilleuse piste Maya a fourni à ses parents pour l'aider à sortir de l'ornière! Puisque les bras jouent à cache cache, c'est bien qu'ils ont envie d'être trouvés! Ne sera-t-il pas alors aisé de motiver Maya a oser sa manière de se laver, de mettre ses chaussettes, de ranger ses jouets en la stimulant à retrouver ses bras? Ceux-ci seront contents d'être trouvés en montrant à qui veut le voir tout ce qu'ils sont capables de faire!!