• garcon-dessin
  • fille-portable
  • fille-bulles
  • bebe-bac-a-sable
  • parent-enfant-main
  • fille-ado-chien
  • bebe-frere
  • parents-mains-fillette
  • velo
  • fille-nounours
  • garcon-couche-chien
  • enfants-bataille
  • enfants-plage
  • garcon-feuilles
  • garcon-et-bebe
  • enfants-bataille-coussins
  • mains-adulte-enfant
  • maman-bras-bebe
  • garcons-tire-la-langue
  • fille-mer-chien
  • garcons-riviere
  • fille-chien
  • fille-ado-ecole
  • enfant-dessin

Ne pas lâcher son popo

A chaque époque ses modes, la psychologie n'y échappe pas. Le XVIII ème siècle n'est-il pas connu pour ses "sels" distribués aux belles dames tombant en pâmoison suite à une émotion forte?
Aujourd'hui, se serait plutôt la vente de laxatif qui réjouissent les pharmaciens! Même les enfants n'échappent pas à ce mal du siècle: la constipation.. Force est de constater que de plus en plus souvent des tout petits bouts de chou sont tellement constipés qu'après plusieurs jours d'essais infructueux d'évacuation, les parents se voient obligés de leur appliquer des lavements.
Pierre, le papa de Gastien, explique: " Cette difficulté à aller à selles est un traumatisme pour toute la famille. Déjà tout petit, Gastien avait de grandes difficultés a faire popo. Ma femme et moi, avions pensés que cette situation irait en s'améliorant  le jour où il aurait un meilleur contrôle sphinctérien et qu'il irait de lui-même sur son pot. Hélas, il n'en est rien. Au contraire, la situation ne fait qu'empirer. Il a quatre ans maintenant, je sens qu'il voudrait tant "faire popo", plein de bonne volonté il va sur son pot mais... rien ne vient. Au fil des jours, il a de plus en plus mal au ventre; si au bout de cinq jours ses essais restent infructueux, nous sommes obligés d'intervenir en lui administrant un laxatif  par voie anale."
Devant l'émotion qui étreint son mari à la gorge, la maman prend la relève: "L'administration de ce lavement est un réel cauchemar. Nous ne sommes pas trop de deux pour le maintenir tant il se débat et hurle de terreur. Nous nous sentons pareils à de réels parents maltraitants et sommes à notre tour terrorisés de cet incontournable passage à l'acte."
Il va sans dire que la répétition de pareilles situations créent de réels dommages psychiques chez un enfant. Ainsi, Gastien, de plus en plus angoissé, déjà très peu loquace de nature,  se renferme de plus en plus sur lui-même.
Tout symptôme à un sens. Qu'est ce qui noue inconsciemment tellement fort le coeur de ces enfants qu'ils ne puissent lâcher à cette partie d'eux-mêmes pourtant conçue pour être perdue à tout jamais?
"Perdre à tout jamais" ne serait ce pas de cela qu'il s'agit? De cette angoisse de ne plus avoir le contrôle sur cette prolongation détachable qu'est une selle. Peut-être pensez-vous: qu'est ce que tout ce charabia, ou donc veut-elle en venir? Force est de constater que les enfants présentant cette difficulté d'évacuation sont des enfants ayant, souvent, au sein de la famille énormément de pouvoir. Ils contrôlent nombre de situations et de façon subtile n'éprouvent pas trop de difficultés à dominer la scène familiale..Un départ dans la vie difficile, une maman ayant reçu une éducation trop rigide, une maman n'ayant pas appris à se battre pour se faire respecter,...il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un enfant réussit à avoir une emprise sur ses premiers amours: les parents!
En d'autres mots, peu de limites jalonnent la vie quotidienne ou en tout cas ces enfants au caractère fort ont une excellente capacité à les déplacer... La résultante d'un pareil aménagement familial est de produire un enfant ayant mis toute son énergie a maintenir un lien très puissant entre lui et ses parents. Trop peu de situations quotidiennes lui ont appris à mettre de la distance entre lui et les objets l'entourant. Il a l'impression que sa survie dépend de sa toute puissance à "tenir tout et tout le monde ensemble". .
Pour des raisons à chaque fois différentes et spécifiques à l'histoire familiale, trop peu de frontières délimitent les territoires personnels; l'enfant ressent sa destinée agglutinée à celle de ses parents et par là même sa personne est engluée dans l'angoisse de perdre tout élément de ce qui constitue son univers. Perdre peut être mortel!. Il manque à ces enfants le cadrage rassurant de limites sans lesquelles il est impossible de construire une identité propre et unique.
En effet, en se détachant de ses selles, Gastien craint qu'il y perdra son identité, une partie de son être, aussi il s'y accroche corps et âme et, malgré lui, empêche son popo d'être évacué.. Dans le même ordre d'idées, il a si peur de ne pas "se reconnaître", de perdre son intégrité, qu'il hurle de rage et de terreur lorsque quelqu'un le surnomme "Mon petit bonhomme" ou "Mon lapin" ou tout autre nomination que son nom propre. Il y répond avec la vigueur du désespoir: "Non, je m'appelle Gastien et je suis dans la classe des cerfs!" Ne lui parlez pas non plus de déguisement, il s'y refuse catégoriquement et refusera d'aller à l'école si le moindre maquillage lui est imposé. Non, ce n'est pas un caprice, Gastien à peur de ne plus être Gastien et de devenir un autre.
Lorsqu'un enfant au caractère fort exerce un trop grand contrôle sur l'environnement et sur ce qui s'y passe, ce pouvoir est, à ses yeux, vital à sa survie. Il se produit alors un effet en spirale si angoissant que ce même enfant ne peut se permettre d'accorder la moindre liberté de mouvement à ce qu'il imagine lui appartenir, à fortiori donc, à ses selles...  
A chaque époque ses modes, la psychologie n'y échappe pas. Le XVIII ème siècle n'est-il pas connu pour ses "sels" distribués aux belles dames tombant en pâmoison suite à une émotion forte?
Aujourd'hui, se serait plutôt la vente de laxatif qui réjouissent les pharmaciens! Même les enfants n'échappent pas à ce mal du siècle: la constipation.. Force est de constater que de plus en plus souvent des tout petits bouts de chou sont tellement constipés qu'après plusieurs jours d'essais infructueux d'évacuation, les parents se voient obligés de leur appliquer des lavements.
Pierre, le papa de Gastien, explique: " Cette difficulté à aller à selles est un traumatisme pour toute la famille. Déjà tout petit, Gastien avait de grandes difficultés a faire popo. Ma femme et moi, avions pensés que cette situation irait en s'améliorant  le jour où il aurait un meilleur contrôle sphinctérien et qu'il irait de lui-même sur son pot. Hélas, il n'en est rien. Au contraire, la situation ne fait qu'empirer. Il a quatre ans maintenant, je sens qu'il voudrait tant "faire popo", plein de bonne volonté il va sur son pot mais... rien ne vient. Au fil des jours, il a de plus en plus mal au ventre; si au bout de cinq jours ses essais restent infructueux, nous sommes obligés d'intervenir en lui administrant un laxatif  par voie anale."
Devant l'émotion qui étreint son mari à la gorge, la maman prend la relève: "L'administration de ce lavement est un réel cauchemar. Nous ne sommes pas trop de deux pour le maintenir tant il se débat et hurle de terreur. Nous nous sentons pareils à de réels parents maltraitants et sommes à notre tour terrorisés de cet incontournable passage à l'acte."
Il va sans dire que la répétition de pareilles situations créent de réels dommages psychiques chez un enfant. Ainsi, Gastien, de plus en plus angoissé, déjà très peu loquace de nature,  se renferme de plus en plus sur lui-même.
Tout symptôme à un sens. Qu'est ce qui noue inconsciemment tellement fort le coeur de ces enfants qu'ils ne puissent lâcher à cette partie d'eux-mêmes pourtant conçue pour être perdue à tout jamais?
"Perdre à tout jamais" ne serait ce pas de cela qu'il s'agit? De cette angoisse de ne plus avoir le contrôle sur cette prolongation détachable qu'est une selle. Peut-être pensez-vous: qu'est ce que tout ce charabia, ou donc veut-elle en venir? Force est de constater que les enfants présentant cette difficulté d'évacuation sont des enfants ayant, souvent, au sein de la famille énormément de pouvoir. Ils contrôlent nombre de situations et de façon subtile n'éprouvent pas trop de difficultés à dominer la scène familiale..Un départ dans la vie difficile, une maman ayant reçu une éducation trop rigide, une maman n'ayant pas appris à se battre pour se faire respecter,...il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un enfant réussit à avoir une emprise sur ses premiers amours: les parents!
En d'autres mots, peu de limites jalonnent la vie quotidienne ou en tout cas ces enfants au caractère fort ont une excellente capacité à les déplacer... La résultante d'un pareil aménagement familial est de produire un enfant ayant mis toute son énergie a maintenir un lien très puissant entre lui et ses parents. Trop peu de situations quotidiennes lui ont appris à mettre de la distance entre lui et les objets l'entourant. Il a l'impression que sa survie dépend de sa toute puissance à "tenir tout et tout le monde ensemble". .
Pour des raisons à chaque fois différentes et spécifiques à l'histoire familiale, trop peu de frontières délimitent les territoires personnels; l'enfant ressent sa destinée agglutinée à celle de ses parents et par là même sa personne est engluée dans l'angoisse de perdre tout élément de ce qui constitue son univers. Perdre peut être mortel!. Il manque à ces enfants le cadrage rassurant de limites sans lesquelles il est impossible de construire une identité propre et unique.
En effet, en se détachant de ses selles, Gastien craint qu'il y perdra son identité, une partie de son être, aussi il s'y accroche corps et âme et, malgré lui, empêche son popo d'être évacué.. Dans le même ordre d'idées, il a si peur de ne pas "se reconnaître", de perdre son intégrité, qu'il hurle de rage et de terreur lorsque quelqu'un le surnomme "Mon petit bonhomme" ou "Mon lapin" ou tout autre nomination que son nom propre. Il y répond avec la vigueur du désespoir: "Non, je m'appelle Gastien et je suis dans la classe des cerfs!" Ne lui parlez pas non plus de déguisement, il s'y refuse catégoriquement et refusera d'aller à l'école si le moindre maquillage lui est imposé. Non, ce n'est pas un caprice, Gastien à peur de ne plus être Gastien et de devenir un autre.
Lorsqu'un enfant au caractère fort exerce un trop grand contrôle sur l'environnement et sur ce qui s'y passe, ce pouvoir est, à ses yeux, vital à sa survie. Il se produit alors un effet en spirale si angoissant que ce même enfant ne peut se permettre d'accorder la moindre liberté de mouvement à ce qu'il imagine lui appartenir, à fortiori donc, à ses selles...   A chaque époque ses modes, la psychologie n'y échappe pas. Le XVIII ème siècle n'est-il pas connu pour ses "sels" distribués aux belles dames tombant en pâmoison suite à une émotion forte?
Aujourd'hui, se serait plutôt la vente de laxatif qui réjouissent les pharmaciens! Même les enfants n'échappent pas à ce mal du siècle: la constipation.. Force est de constater que de plus en plus souvent des tout petits bouts de chou sont tellement constipés qu'après plusieurs jours d'essais infructueux d'évacuation, les parents se voient obligés de leur appliquer des lavements.
Pierre, le papa de Gastien, explique: " Cette difficulté à aller à selles est un traumatisme pour toute la famille. Déjà tout petit, Gastien avait de grandes difficultés a faire popo. Ma femme et moi, avions pensés que cette situation irait en s'améliorant  le jour où il aurait un meilleur contrôle sphinctérien et qu'il irait de lui-même sur son pot. Hélas, il n'en est rien. Au contraire, la situation ne fait qu'empirer. Il a quatre ans maintenant, je sens qu'il voudrait tant "faire popo", plein de bonne volonté il va sur son pot mais... rien ne vient. Au fil des jours, il a de plus en plus mal au ventre; si au bout de cinq jours ses essais restent infructueux, nous sommes obligés d'intervenir en lui administrant un laxatif  par voie anale."
Devant l'émotion qui étreint son mari à la gorge, la maman prend la relève: "L'administration de ce lavement est un réel cauchemar. Nous ne sommes pas trop de deux pour le maintenir tant il se débat et hurle de terreur. Nous nous sentons pareils à de réels parents maltraitants et sommes à notre tour terrorisés de cet incontournable passage à l'acte."
Il va sans dire que la répétition de pareilles situations créent de réels dommages psychiques chez un enfant. Ainsi, Gastien, de plus en plus angoissé, déjà très peu loquace de nature,  se renferme de plus en plus sur lui-même.
Tout symptôme à un sens. Qu'est ce qui noue inconsciemment tellement fort le coeur de ces enfants qu'ils ne puissent lâcher à cette partie d'eux-mêmes pourtant conçue pour être perdue à tout jamais?
"Perdre à tout jamais" ne serait ce pas de cela qu'il s'agit? De cette angoisse de ne plus avoir le contrôle sur cette prolongation détachable qu'est une selle. Peut-être pensez-vous: qu'est ce que tout ce charabia, ou donc veut-elle en venir? Force est de constater que les enfants présentant cette difficulté d'évacuation sont des enfants ayant, souvent, au sein de la famille énormément de pouvoir. Ils contrôlent nombre de situations et de façon subtile n'éprouvent pas trop de difficultés à dominer la scène familiale..Un départ dans la vie difficile, une maman ayant reçu une éducation trop rigide, une maman n'ayant pas appris à se battre pour se faire respecter,...il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un enfant réussit à avoir une emprise sur ses premiers amours: les parents!
En d'autres mots, peu de limites jalonnent la vie quotidienne ou en tout cas ces enfants au caractère fort ont une excellente capacité à les déplacer... La résultante d'un pareil aménagement familial est de produire un enfant ayant mis toute son énergie a maintenir un lien très puissant entre lui et ses parents. Trop peu de situations quotidiennes lui ont appris à mettre de la distance entre lui et les objets l'entourant. Il a l'impression que sa survie dépend de sa toute puissance à "tenir tout et tout le monde ensemble". .
Pour des raisons à chaque fois différentes et spécifiques à l'histoire familiale, trop peu de frontières délimitent les territoires personnels; l'enfant ressent sa destinée agglutinée à celle de ses parents et par là même sa personne est engluée dans l'angoisse de perdre tout élément de ce qui constitue son univers. Perdre peut être mortel!. Il manque à ces enfants le cadrage rassurant de limites sans lesquelles il est impossible de construire une identité propre et unique.
En effet, en se détachant de ses selles, Gastien craint qu'il y perdra son identité, une partie de son être, aussi il s'y accroche corps et âme et, malgré lui, empêche son popo d'être évacué.. Dans le même ordre d'idées, il a si peur de ne pas "se reconnaître", de perdre son intégrité, qu'il hurle de rage et de terreur lorsque quelqu'un le surnomme "Mon petit bonhomme" ou "Mon lapin" ou tout autre nomination que son nom propre. Il y répond avec la vigueur du désespoir: "Non, je m'appelle Gastien et je suis dans la classe des cerfs!" Ne lui parlez pas non plus de déguisement, il s'y refuse catégoriquement et refusera d'aller à l'école si le moindre maquillage lui est imposé. Non, ce n'est pas un caprice, Gastien à peur de ne plus être Gastien et de devenir un autre.
Lorsqu'un enfant au caractère fort exerce un trop grand contrôle sur l'environnement et sur ce qui s'y passe, ce pouvoir est, à ses yeux, vital à sa survie. Il se produit alors un effet en spirale si angoissant que ce même enfant ne peut se permettre d'accorder la moindre liberté de mouvement à ce qu'il imagine lui appartenir, à fortiori donc, à ses selles...