• fille-portable
  • fille-ado-ecole
  • velo
  • enfant-dessin
  • enfants-bataille-coussins
  • fille-nounours
  • fille-bulles
  • garcon-dessin
  • garcon-feuilles
  • fille-mer-chien
  • garcons-tire-la-langue
  • mains-adulte-enfant
  • garcon-et-bebe
  • parents-mains-fillette
  • bebe-frere
  • parent-enfant-main
  • garcons-riviere
  • bebe-bac-a-sable
  • maman-bras-bebe
  • fille-ado-chien
  • garcon-couche-chien
  • enfants-bataille
  • enfants-plage
  • fille-chien

Nous, nos enfants, nos animaux

Est-ce le Bon Dieu qui au terme de sa semaine de création désigna l’Homme comme le maître des animaux? A moins que ce ne soit Monsieur Darwin qui plaça l’homme au sommet de la hiérarchie des êtres évolués? Toujours est-il que l’humain a mis l’animal sous sa tutelle, sous sa garde, sous son pouvoir. Il l’a capturé, dompté, dressé, adopté, domestiqué.
Nombre d’animaux se sont mis au service l’humain : le chien, le furêt et le faucon l’aident à la chasse; le cheval le boeuf, l’âne et l’éléphant le portent, lui et ses bagages; le chat nettoie son grenier des souris; les animaux sauvages nous font frissoner derrière les barreaux du cirque, tandis que les singes et autres bestioles nous ont fait rire ou rêver. Rêver aussi d’amitié comme le dauphin dans sa grande prison aquatique...
Pour leur force ou leur agilité, nous les avons pris comme symboles; ainsi par exemple le lion, l’aigle, le coq peuvent être choisis comme emblême pour représenter le courage d’un peuple ou encore, certains constructeurs de voitures rapides prennent pour sigle un mustang ou un jaguar; pourcertains, l’image d’un chat fait penser à une bonne tasse de café noir, pour d’autres la representation d’un chameau leur donne envie d’allumer une petite cigarette.
Les petits scouts s’approprient le caractère de tel ou tel animal en se totemisant, et bon nombre de gens portent le nom d’un animal, sobriquet ou titre d’honneur donné à un lointain ancêtre: Monsieur et Madame Leloup, Lechat, Renard, Lecoq...
Vivant dans le même univers, humains et animaux ont donc déjà une longue histoire commune. Depuis longtemps l’homme a pris coutume de s’adjoindre des animaux domestiques et bien souvent les animaux deviennent des compagnons de jeux pour nos enfants et des compagnons de vie pour nos vieillards.
L’attitude de l’adulte joue un rôle primordial dans la possibilité qu’acquiert un enfant d’accorder sa confiance au règne animal.. Si un enfant a peur des animaux, bien souvent ce sera l’adulte qui lui aura transmis, parfois de façon inconsciente, sa crainte d’être mordu, griffé, piqué, sucé, ou bousculé par un animal.
Quel animal à quel âge?
Dés leur naissance, nous entourons les bébés d’éléphants, d’hipopotames et de girafes... en peluche, heureusement! Grandissant, l’enfant rentre graduellement en contact avec le monde environnant et découvre les autres formes de vie. Quel étonnement devant une mouche qui fait de si jolies figures dans l’air, quel émerveillement devant une coccinelle qui courageusement gravi la main du petit  !
Un enfant de trois ans peut, grâce à une tortue, observer l’alchimie de la confiance ou de la crainte qui peut naître entre l’animal et l’humain. De plus cet animal solide, a condition de ne pas être abandonné les quatres pattes en l’air, ne souffrira pas trop de la curiosité de nos petits, et avec bonhomie acceptera d’être nourri de feuilles de salade et de fruits
Les souris blanches, les hamsters et les cobayes peuvent être d’excellents petits camarades de jeux à partir de quatre, cinq ans. Se sentir responsable de ces petits êtres obligera l’enfant à nourrir régulièrement leur petit ami, à nettoyer sa cage, à prendre en soin avec amour et attention.
Vers cinq ou six ans le lapin peut, par son aspect et son toucher soyeux ajouter un brin de tendresse à la vie d’un enfant. Certains d’entre eux s’apprivoisent à merveille et sont aussi propres qu’un chat. L’enfant, avec joie, ira lui cuiellir de l’herbe fraîche ou triomphalement ramenera du marché une carotte pour “son lapin”!
Une poule fera decouvrir au petit que, contrairement à la rumeur, elle est loin d’être bête, qu’en toute confiance elle vient picorer dans la main, et de plus elle nous rend un fameux service en nous pondant un bon oeuf de temps en temps et en nous débarrassant de nos déchets commestibles. J’ai connu un petit garçon ayant adopté une poule comme compagne de jeu; cette brave bête se mettait sur ses épaules, il adorait la placer sur sa tête, elle le suivait partout, partageait la moitié de sa tartine du matin et parfois...pondait son oeuf sur son oreiller!
Tout cela n’est pas très sérieux, me direz-vous. Et pourtant tous les animaux dont je vous ai parlé, j’ai vu des enfants leur être réellement attaché! Soit retournons au grand classique: les chiens et les chats. Il est vrai que vers cinq ans un enfant peut déjà s’occuper activement d’un chat même s’ il a encore besoin de l’adulte pour nettoyer le fameux “bac à chat” Il y ad’ailleurs interêt à le faire régulièrement car les excréments de chat ont une odeur particulièrement tenace!
En ce qui concerne les chiens, leurs qualités de fidélité et d’attachement font de ces animaux des camarades inégalés et jamais oubliés. Attention, si la famille ne dispose pas d’un jardin, i!l ne faut pas sous-estimer la corvée de “le promener” et attendre que l’enfant ait vraiment conscience de ce que cela représente et puisse assumer cette activité. Il est connu que les chiens de chasse sont les mieux adaptés à accepter avec une bonhomie et une patience inégalée, toutes les taquineries d’un enfant. N’empêche, ce n’est pas une raison pour laisser un enfant se défouler des frustrations de la vie sur son chien!
Evidemment, un aquarium ou un bocal de poissons rouges fait moins de bruit, énervera moins papa qui veut lire son journal et ne salira pas le précieux tapis de maman. Parfois, il est le bon compromis entre des parents qui ne veulent pas entendre parler d’animaux, et l’enfant qui rêve d’avoir quelqu’un à prendre en charge. Evidemment à part ses bulles, le poisson a peu de moyen pour manifester l’affection animale, si chère à l’enfant.
Pour le perroquet, il faut que les parents aient une bonne dose d’humour et acceptent que ces joyeux oiseaux font plus de bruit que leur moutard !
Une petite chèvre ou une oie s’apprivoisent à merveille, mais il faut un bon bout d’herbe et pas trop de fleurs...
Certains adolescents trouvent une pie ou un chouca tombé du nid, le nourrissent, l’apprivoisent et en font des amis formidables, espiègles, et intelligents. Attention aux bijoux de Maman!
La liste est inépuisable. A chaque famille de décider ce qui lui convient le mieux. A condition de le respecter parce que vivant et sensible, l’animal amene une dimension de la vie pouvant être un réel enrichissement pour un enfant. L’animal peut être toucher, humer, enlacé, observé et se révèle tellement plus affectivement réchauffant qu’un jeu vidéo...