• garcons-tire-la-langue
  • fille-chien
  • garcon-et-bebe
  • enfants-bataille-coussins
  • fille-bulles
  • fille-portable
  • bebe-bac-a-sable
  • parent-enfant-main
  • enfant-dessin
  • garcon-feuilles
  • fille-mer-chien
  • enfants-bataille
  • enfants-plage
  • velo
  • garcon-couche-chien
  • bebe-frere
  • parents-mains-fillette
  • garcons-riviere
  • fille-ado-chien
  • fille-nounours
  • fille-ado-ecole
  • garcon-dessin
  • maman-bras-bebe
  • mains-adulte-enfant

Tout se joue t il vraiment avant six ans

" Tout se joue avant six ans."Le titre de ce  livre, paru il y a quelques années, reste gravé dans la mémoire de bien de jeunes parents. Soucieux de donner à leurs rejetons le meilleur élan possible, ils culpabilisent à l'idée de défaillir à leur rôle de parents et d'ainsi grever l'avenir de leur postérité.
Si vraiment les dés sont jétés à tout jamais à six ans, l'éducation, déjà décrétée tâche impossible par Freud, devient  cauchemar et torture pour les parents se retrouvant face à leurs tous petits. De plus est, qu'à cet âge, les raissonnements, les logiques sont si diffèrentes de celles de l'adulte qu'il se crée, immanquablement, des malentendus.
Effectivement, pour nâitre au monde, pour s'y repérer, pour s'y faire une place, pour y choisir un rôle. L'idéal serait qu'à six ans ette tâche soit accomplie; car à sept ans il doit avoir atteint l'âge de "raison", en d'autres mots de s'être fait une raison de son existence terrestre! Il est vrai donc que toutes les questions existentielles, celles qui ont fait couler tant  d'encre, qui ont préoccupées tant de philosophes et de poètes l'enfant aura avantage a y avoir trouvé une réponse afin de pouvoir, au maximum, tirer profit de cette période entre 7 et 12 ans appellée: le temps de la socialisation.
Quellles sont donc ces questions essentielles?
La première question ne serait-elle pas: Qui suis-je? Qui vient en echo à celle lue dans le regard de l'autre: Qui es-tu? En réponse à cette question vient toute l'aisance ou la difficulté d'accepter son image, son corps dont on hérite alors qu'on l'aurait parfois voulu si diffèrent.
Une autre question incontournable: Et puis, au fond c'est quoi d'être un humain? Pourquoi cette diffèrence entre les hommes et les femmes? Et l'enfant d'avoir a traverser le questionnement de la position d'un sexe par rapport à l'autre et de constater, comment lui, par rapport à  sa propre sexuation s'y retrouve!
Vient aussi la question de l'Amour. C"est quoi aimer? Mes parents m''embrassent, s'embrassent quand tout est harmonieux, il fait alors bon vivre. Cependant, lorsque je me révolte suite à une réprimande, mon père me dit : Qui aime bien châtie bien. Ce mot "Aimer" à quelle sauce faut-il l'accomoder? Par mille petits gestes quotidiens, par mille petites provocations, l'enfant sera aux aguets quant à la façon dont nous lui manifestons notre attention, notre écoute et il en tirera ses conclusions...parfois bien diffèrentes de nos espérances et de nos intentions!
Le chemin ne s'arrête pas là! "Si  j'existe maintenant, un jour je ne serais plus là. Y a-t-il une vie après la mort? L'enfant a vu mourir des gens autour de lui, parfois ces personnes disparues manquent cruellement à l'enfant. N'est-il pas injuste de devoir mourir un jour? L'avantage de ce questionnement? Penser à sa mort, permet au même instant de ressentir l'étrange miracle d'être en vie!
Mais si je vis, d'où donc vient le monde? Les adultes racontent que la Terre n'est qu'une petite planète au sein de l'univers immense. Mais d'où vient cet univers?
Eh oui, tous les enfants du monde,au delà du besoin de nourriture, du besoin d'amour et de tendresse, ont ce besoin de savoir qui ils sont et pourquoi ils sont en vie.
Devant la profusion des questions auquelles l'enfant a a trouver une réponse, celle lui convenant le mieux pour son épanouissement personnel, n'y a-t-il pas de quoi attraper le vertige? La tâche à accomplir est immense, il est quasi impossible que toutes ces questions soient résolues définitivement et clairement avant six ans. La nature serait-elle si dure avec nous qu'elle ne nous accorderait qu'une seule chance?
Heureusement non! La Vie nous accorde une deuxième chance: le temps de l'adolescence. Cet âge dont l'enoncé seul fait trembler bien des parents est un âge, tout difficile qu'il puisse être,  béni. Car peuvent être remises en jeu et en questionnement toutes les questions restées ouvertes ou lettre mortes pendant la petite enfance.
Tout n'est jamais joué complètement, remercions en le ciel. Sans doute, le jeune enfant bien positionné quant à lui-même et quant au monde qui l'entoure grandira plus insouciant et pourra consacrer son énergie à son ouverture au monde. N'empêche qu'un enfant bléssé dans sa petite enfance, plus fragile, sans doute, quant à son image et sa confiance en l'autre, n'est pas pour autant promis à un avenir difficile. Tant de situations, de malentendus, d'echecs relationnels peuvent encore se résoudre pendant cet autre temps de questionnement qu'est l'adolescence.
Car tout se rejoue après six ans ...