• enfants-bataille
  • garcon-feuilles
  • parent-enfant-main
  • garcon-couche-chien
  • fille-bulles
  • fille-ado-chien
  • garcon-et-bebe
  • fille-mer-chien
  • enfants-bataille-coussins
  • bebe-frere
  • maman-bras-bebe
  • garcon-dessin
  • fille-portable
  • velo
  • enfants-plage
  • bebe-bac-a-sable
  • mains-adulte-enfant
  • fille-chien
  • fille-ado-ecole
  • enfant-dessin
  • garcons-riviere
  • garcons-tire-la-langue
  • parents-mains-fillette
  • fille-nounours

Tu es méchant, papa

Un père, conscient de l’importance de mettre des limites à son enfant, raconte avec assurance et conviction le fait suivant : « L’autre jour, je me suis fortement fâché sur mon garçon (Emilien a 5 ans) car il avait allumé la TV en rentrant de l’école.

Or il sait très bien qu’il ne peut l’allumer qu’avec notre permission.

Je l’ai donc enjoint d’aller réfléchir dans sa chambre sur son acte de désobéissance. La-dessus, il m’a rétorqué en me regardant dans les yeux : « Tu es méchant, Papa ! » Là, mon sang n’a fait qu’un tour ! Pour qui se prend-il pour me faire des remarques et poser de pareils jugements irrespectueux. Il a été interdit de TV pour toute la semaine ! »

Cohérence et consistance

Voilà donc un père qui ne manque pas de cohérence et de constance. Se montrer conséquent dans ses actes et ses paroles ne signifie pas être constamment aimable vis-à-vis de l’enfant ! Pour Emilien, ce père aurait été bien plus « gentil » s’il avait fermé les yeux sur la désobéissance de son fils. Dans ce cas-là, aucun conflit n’éclate…

Tout aussi nécessaire à l’éducation d’un enfant est le principe de  constance . Celle-ci indique à l’enfant que l’adulte a de la consistance, de la suite dans les idées. Ces attitudes offrent à l’enfant une structure claire et ferme qui l’aide à s’intégrer dans la réalité de la vie, à le guider dans la connaissance de ce qui se fait, de ce qui ne peut se faire ; lui permettant d’évaluer si telle idée est adéquate ou non, permise ou non permise.

De l’importance de mettre des limites

Ce père avait signifié à l’enfant l’interdit de télévision sans l’autorisation parentale, l’enfant a bravé l’interdit. Chacun a fait son travail ! C’est incontournable, pour grandir sainement, un enfant doit chercher les limites de son autonomie et des droits de son individualité. Pour se faire, il utilise des outils qui seront l’opposition et la désobéissance ! Les parents doivent mettre les limites et l’enfant sain va chercher à les transgresser pour voir si elles résistent à ses essais de transgression. Pour lui c’est un moyen d’évaluer si la Loi est durable et peut devenir une référence valable. Braver l’autorité est un outil pour déterminer si les adultes sont cohérents, si ce qui est dit un jour a encore de la valeur le lendemain. Tester les limites énoncées par l’adulte est indispensable pour acquérir une confiance dans la parole dite ; le langage est alors une valeur sûre.

Cohérence et conséquence sont donc l'apanage d’une éducation adéquate. Ce papa s’est non seulement montré cohérent mais aussi conséquent puisque, comme promis à l’avance, il a envoyé l’enfant dans sa chambre pour réfléchir. A tout cela, justement !

Une règle n’est ni vraie, ni fausse

L’attitude adéquate de l’adulte n’est pas toujours accueillie chaudement par l’enfant. On le comprend ! Aussi Emilien, écœuré d’avoir dû céder sur son désir, rétorque un sanglant « Tu es méchant, Papa ! »

Une manifestation de reproche de la part d’un enfant peut réveiller chez l’adulte une foule de sentiments ambigus : vexation, sentiment de culpabilité, crainte de ne plus être aimé et que sais-je encore.

Dans ce cas, n’est-il pas de se rappeler qu’une règle n’est ni vraie, ni fausse, ce n’est pas une vérité qui la justifie ? Une loi parentale régissant la vie familiale et la vie sociale en découlant, est un acte législatif; or, le légal n’est ni le vrai, ni le bien ! La loi ne dit ni le vrai ni le bien, seulement l’ordre !

Méfiez-vous des effets pervers d’une confusion entre obéissance – amour et vérité. Interdire l’expression d’une déception personnelle qu’impose une limite mise par un autre, signifierait que l’un devrait avoir raison par rapport à un autre qui aurait tort. L’adulte a-t-il tort d’appliquer une règle qui va à l’encontre du désir de l’enfant et par conséquent le fait souffrir ? NON ! Pas plus que n’a tort l’enfant qui exprime son désaccord en exprimant une image négative de l’adulte qui le frustre !

Face à toutes ces questions, ces doutes, un postulat peut soulager : personne n’a tort ou raison. L’incident de la télévision révèle l’expression de deux réalités différentes. Si Emilien trouve son père méchant, il ne détient pas La vérité sur lui, par conséquent ce dernier ne doit pas se sentir mauvais. Le mauvais père serait celui qui aurait laissé faire sans agir et punir !

Aussi, la deuxième punition – supprimer la télévision pour toute la semaine – était-elle adéquate ? Nous y réfléchirons la semaine prochaine.

Mots clés: Education Conflit Obéissance Limites