• garcons-riviere
  • garcon-dessin
  • enfants-bataille-coussins
  • enfants-plage
  • fille-bulles
  • bebe-bac-a-sable
  • enfant-dessin
  • fille-nounours
  • garcon-et-bebe
  • garcons-tire-la-langue
  • fille-mer-chien
  • fille-chien
  • enfants-bataille
  • parents-mains-fillette
  • mains-adulte-enfant
  • bebe-frere
  • garcon-couche-chien
  • velo
  • fille-portable
  • maman-bras-bebe
  • garcon-feuilles
  • parent-enfant-main
  • fille-ado-chien
  • fille-ado-ecole

Un secret gardé bien lourd à porter

Savoir garder un secret, s’accorder le droit à un jardin secret, démontre une capacité à protéger notre intégrité. Le secret a donc une fonction essentielle dans la structuration de notre psychisme.

Il existe, cependant, certains secrets au rôle dévastateur, trop lourds à porter, destructeurs des sentiments de valeur et d’estime de soi et destructeurs de liens sociaux..

Le secret d’Alain

« Un jour rentrant de l’école plus tôt que prévu, j’entrai sans trop de bruit dans la maison et poussai la porte de la cuisine. Je la refermai presque aussitôt tant ce que j’avais vu m’avait saisi. Maman était en train d’embrasser et de se faire caresser par le meilleur ami de mon père, celui qui ayant des difficultés en ménage venait très souvent à la maison. Mon cœur s’est arrêté, je ne savais plus quoi faire, à 6 ans il est difficile de prendre position. Je refermai donc doucement la porte et montai silencieusement dans ma chambre. Ma mère n’avait rien vu ni entendu et pour moi commença un long calvaire. Je détenais un secret que je ne pouvais raconter à personne. Je n’osais plus regarder mes parents en face. J’étais fâché sur ma mère mais je ne voulais pas la trahir. Le jour où mes parents ont divorcé et où ma mère à épousé son nouvel amoureux, je me suis senti mieux mais le secret était toujours là. Lourd, trop lourd cette information que je détenais, bien avant mon père, de l’infidélité de sa femme. Ce privilège était à la fois enivrant et culpabilisant, car voulant rester loyal envers chacun de mes parents, je les trahissais tous les deux… » Ce récit, la mise en mots de son secret, ce ne fut que 15 ans plus tard qu’Alain pu le raconter à son père.

Tout au long de son enfance, cette expérience vécue et tenue secrète envers tous ses proches, laissait sans réponse l’interrogation sur ce qui fonde le sentiment d’amour. « Qui ma mère aime-t-elle vraiment ? Un couple c’est quoi ? Si on ne s’aime pas pourquoi faire des enfants ? etc. » Sans parler du fait que, pour un enfant, pareil contexte est blessant car il remet en question la solidité du couple parental et réveille toutes les angoisses face à la perte de ce repère essentiel.

Où déposer le secret ?

« A qui pourrai-je confier ce secret ? » se demanda Alain pendant des années. Un secret se confie à quelqu’un en qui on a pleine confiance, les parents occupent cette place, or justement, dans ce cas-ci, c’est à eux qu’Alain doit cacher son secret ! Le secret favorise la constitution du lien familial et social, c’est quelque chose qui se partage entre « ceux qui savent » qui leur permet de se distinguer de « ceux qui ne sont pas dans le secret ». Ici, au contraire, ne pouvant le partager, le secret d’Alain l’isole.

Imaginez le stress engendré par  ce secret qu’il ne peut déposer nulle part. D’un côté, sans cesse, Alain a peur de ne pouvoir le contenir, craignant, un jour dans un moment de colère, « de cracher le morceau », risquant alors de faire éclater un orage qui séparera le couple parental. D’un autre côté garder le secret l’amène à sans cesse être pris dans des sentiments paradoxaux, sa loyauté à l’un l’obligeant à une culpabilité vis à vis de l’autre parent.

En plus, il s’imagine détenir, par le maintien du secret, la responsabilité de la cohésion du couple parental. Une grande partie de ses faits et gestes quotidiens sont sous l’emprise de cette tâche, l’obligeant à un contrôle continuel de sa spontanéité. Le jour où le couple éclata, s’ensuivit pour lui un sentiment de défaite et de culpabilité….

Coupable de se sentir complice

Ne pas révéler au père l’infidélité de sa femme, posséder ce secret donne à l’enfant un sentiment d’avoir sur ce dernier une supériorité. Il sait ce que le père ne sait pas…S’installe une complicité tacite entre lui et sa mère, la connaissance du secret le lie à elle. Voilà qui ne facilite pas la résolution de l’œdipe ! Un lien privilégié se constitue entre le couple mère amant et l’enfant par l’intermédiaire de ce secret que l’enfant détient. Le secret donne ainsi un sentiment de pouvoir sur la mère car « Si elle m’ennuie trop, je le dirai à Papa ce qu’elle fait… »

C’est le contenu du secret qui pose question ici. La frontière des générations n’est plus respectée car Alain a eu accès à une question concernant les adultes et qui n’est donc pas de son ressort. Il n’est pas partie prenante dans ce secret, celui-ci appartient à d’autres personnes, à une autre génération…

Se réveille aussi la culpabilité d’avoir eu accès à une information interdite. Il n’était pas en droit de savoir cela. Survient un nouveau le paradoxe : posséder un pareil secret donne du pouvoir sur les parents mais d’un autre côté il ne voudrait qu’une chose : s’en débarrasser en le déposant quelque part! Mais une telle information risque de faire exploser le couple. La peur et la honte ont obligé à 15 ans de silence.

Le poids du secret d’Anne

Anne souffre aujourd’hui d’une maladie grave qui l’handicape sérieusement dans ses mouvements. Cherchant ce qui pourrait être la cause de cette étrange maladie, lui revient en mémoire des temps très difficiles de son enfance. Elle en avait tout oublié. En effet, lorsqu’un secret et tout ce qui y est lié menace l’équilibre, voir la vie psychique du détenteur, il arrive que celui-ci l’enclave dans l’inconscient, il est alors mis à part et enfermé sans jonction possible avec la conscience ou le psychisme du porteur du secret.

Sa mère n’étant pas heureuse en ménage avait confié à sa fille sa liaison secrète avec un autre homme. Bien sûr rien ne devait transpirer de ce secret car le père était un homme violent et de toute façon peu enclin à écouter et comprendre les attentes de son épouse. Faite complice du secret maternel, Anne s’est efforcée de prendre la place de sa mère en donnant au père l’illusion qu’il avait encore « une femme » à la maison. Fidèle à son projet, elle a accepté des attouchements incestueux. Ainsi, pendant de longues années de souffrances morales elle a protégé sa mère non seulement en ne trahissant jamais le secret qui lui fut confié mais en agissant de sorte que jamais celui-ci n’ai à être dévoilé…

Cette dame parce qu’elle « a été mise dans le secret » de sa mère, « a tenu à garder le secret » et de ce fait  « a-t-elle mis au secret son  propre désir », sa confiance en elle, cette belle assurance qui nous permet d’avoir des jambes solides pour avancer dans la vie, a été gravement entravée…

Anne se trouve à porter un double secret. Avec sa mère elle partage le grand secret de l’infidélité qui active vis à vis du père un sentiment de culpabilité tout en instaurant avec lui un lien spécifique incestueux à la fois enivrant et honteux. La relation privilégié au père est un secret qui les lie mais qui devient particulièrement destructeur dans son image d’elle-même en partie à cause de la culpabilité engendrée vis à vis de la mère dont elle prend la place.

Pour Anne comme pour Alain, le secret est néfaste et lourd car engendrant d’un côté une culpabilité envers les deux parents, et la crainte de trahir l’un par rapport à l’autre, et de l’autre côté accordant aux détenteurs du secret un pouvoir illicite envers leurs parents.

Aussi lorsqu’un enfant se sent déchiré entre, d'un côté l'idéal de silence et de la loyauté au mensonge parental et de l'autre l'idéal social qui condamne les actes commis par ceux-ci, il se retrouve littéralement coupé en deux et il y a bien des chances que tôt ou tard il paye la note du secret…

Mots clés: Secrets Culpabilité Conflit Loyauté