• fille-ado-chien
  • bebe-frere
  • bebe-bac-a-sable
  • garcon-couche-chien
  • fille-chien
  • fille-mer-chien
  • velo
  • fille-ado-ecole
  • maman-bras-bebe
  • enfants-plage
  • parents-mains-fillette
  • mains-adulte-enfant
  • garcons-riviere
  • enfants-bataille
  • garcon-et-bebe
  • fille-portable
  • garcons-tire-la-langue
  • parent-enfant-main
  • enfant-dessin
  • fille-bulles
  • garcon-feuilles
  • fille-nounours
  • enfants-bataille-coussins
  • garcon-dessin

La Grâce

« Tout le prix de la vie vient des choses sans prix » (Perroux)

Ce n’est qu’un billet d’humeur, d’humeur qui se veut d’aborder la fin d’un temps et l’entrée dans l’an neuf de manière gracieuse.

Quels bienfaits nous apportera cette nouvelle saison de fêtes ?

Recevoir des cadeaux est charmant mais parfois contraignant car tout don requiert sa contrepartie. Celui qui reçoit un don est en dette et n’aura de cesse que d’offrir à son tour puisque la bienséance demande de rendre la pareille. Aussi, en cette fin d’année, nombre d’entre nous aurons à tenir à jour leur liste de présents afin d’entamer une virée shopping parfois plus lassante qu’enthousiasmante... Ainsi en va t’il du rééquilibrage des relations humaines.

Pourquoi ne pas favoriser la grâce ? Celle-ci n’appelle à aucune contrainte, n’engage à aucun sentiment de dette, ni d’obligation de réciprocité tels que suscités par le don. La grâce est parfois tellement banale que nous ne la remarquons pas. « Ce sont les bontés de la nature : l’existence, la vie, les rapports amicaux entre les hommes. L’évènement gracieux est inattendu, au-delà de nos attentes. Il nous sort du quotidien. » (1)

Chacun de nous a ce merveilleux pouvoir d’être source de grâces pour les autres, de pouvoir contribuer à l’émergence de la grâce. Pensons-y en préparant les fêtes à venir. La grâce s’infiltre dans l’originalité  d’un milieu de table dont la vue enchante les cœurs. Au coûteux préférons le goûteux La grâce jaillit dans l’excellence d’un mets offert aux papilles des convives. La grâce se répand lorsqu’on est dans la joie du partage, d’idées, de valeurs, de rires ou de sourires. Grâce des gestes : soyons actifs, excellents, légers ! Plutôt que de regarder la caissière comme un prolongement de sa caisse enregistreuse, sourions à cette personne fatiguée de satisfaire des files insatiables de clients pressés. Ce sourire peut avoir sur elle l’effet d’une grâce, celui de se sentir exister… Cela ne coûte rien, nous ne demandons rien en retour, la faveur d’un sourire ne diminuant en rien la facture de nos achats !

Pourquoi ne pas envisager le renouvellement du calendrier avec la joie d’un être ouvert et attentif aux grâces qu’offrent des petits moments du quotidien ? Un air de musique qui envoûte, un arc-en-ciel qui soudain s’affirme dans un ciel déchiré entre grisaille et lumière, l’inattendu bond d’un enfant qui se jette dans vos bras,  un vol d’oies sauvages qui fend le ciel. Ce qui nous vient du dehors, et non de notre effort, ce qui arrive par surprise, comme un don du sort, sans que nous l’ayons cherché, est joie pure.

Bien sûr la valeur du bien qui transite de sa source vers le bénéficiaire dépend de l’accueil de celui-ci, lui seul  peut déterminer si tel ou tel événement a sur lui l’effet d’une grâce. Ce qui est appelé grâce n’est pas l’évènement lui-même, mais l’évènement tel qu’il est ressenti ou non par son bénéficiaire.

Un moment de grâce, évènement concret et vécu, émotion, mise en mouvement des sens et de l’esprit, nous transforme.  Goûtons à plein nez la douceur des choses gratuites bienfaisantes…


Notes :

 (1) "Le pouvoir de la gratuité - l’échange, le don, la grâce". Damien de Callataÿ. Editions l’Harmattan. Septembre 2011 

Mots clés: Solidarité Société