• garcon-et-bebe
  • fille-ado-chien
  • velo
  • garcon-couche-chien
  • fille-ado-ecole
  • fille-bulles
  • bebe-bac-a-sable
  • enfant-dessin
  • fille-nounours
  • garcons-tire-la-langue
  • mains-adulte-enfant
  • garcons-riviere
  • fille-chien
  • enfants-bataille-coussins
  • bebe-frere
  • garcon-feuilles
  • garcon-dessin
  • parent-enfant-main
  • maman-bras-bebe
  • enfants-plage
  • enfants-bataille
  • fille-portable
  • fille-mer-chien
  • parents-mains-fillette

La Rêverie

« la rêverie est le dimanche de la pensée. »

Les vacances, un temps de liberté, un temps pour voyager hors de l’ordinaire. Temps de rêve d’évasion ou temps d’évasion dans le rêve ?

Qu’il est bon de donner un peu à distance à nos actions rationnelles et raisonnables qui nous poussent à vivre conformément aux exigences du quotidien.

L’homme moderne, pressé, manque de temps, tant il est prisonnier de la nécessaire utilité de ses gestes. Tant il est accablé sous le poids d’une utilité parfois inutile… Embrigadé dans des expériences de vie demandant de fournir quotidiennement notre part de productivité, de prestations, de performances, nous en oublions parfois que la psyché a besoin de sens pour exister. Pour mettre à jour cette identité intime, il appartient à chacun de trouver son chemin particulier d’être au monde. C’est là que le rêve, dans son entendement large, joue un rôle primordial…

« La raison est fille du temps, elle attend tout de son père » nous dit Voltaire. Et si la mère de la raison était la rêverie ? Lui dégager de l’espace donne une place à l’utile de ce que certains pensent inutile. Bienvenue aux jours qui prennent d’autres tons, qui ouvrent à de nouveaux horizons. A quoi nous engage le rêve, cet imaginaire que nous ne pouvons toucher ? Ce lieu que nous créons au gré de nos fantasmes et qui offre sa part de virtuel à notre réalité. Cet engagement radical dans du différent. Cette clé pour sortir de nous-mêmes.

En rêvant, j’ose penser de nouveaux idéaux. C’est bien connu, souvent, un rêve est à l’origine d’un changement, d’un progrès, d’un projet. « J'ai le rêve qu'un jour mes quatre enfants vivront dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour leur caractère. » Oui, Martin Luther King a osé faire ce rêve, a osé imaginer que noirs et blancs puissent se dire que la discrimination raciale n’est pas une fatalité. Le rêve habite nos questions. Moteur de nos utopies, il guide nos réponses.

Mes utopies à moi ? Vivre dans un monde qui respecte les enfants. Vivre dans un environnement où la nature a des droits. Vivre dans un pays qui aime la diversité de son identité. L’autre matin, une chaine de télévision vient m’interviewer. Nous sommes à l’extérieur, un drapeau belge flotte dans le lointain. La journaliste insiste auprès du caméraman pour que le drapeau n’apparaisse pas sur l’image. Je m’étonne. Rien n’y fait. « Ce n’est pas le sujet de l’entretien ». Vivement le 21 juillet, ce jour-là du moins le drapeau belge ne sera pas banni…

Le rêve est un voyage. Que représente ce mot dans nos imaginaires respectifs ? A quels rêves renvoie-t-il ? N’avons-nous pas tous, de notre naissance à notre mort, tant de voyages à accomplir ? Tant de terres inconnues à découvrir, qu’elles soient celles de l’intimité de l’âme ou celles qui s’étendent au-delà de notre ligne d’horizon habituelle ? 

Mots clés: Société Voyage