• enfants-bataille
  • velo
  • mains-adulte-enfant
  • fille-nounours
  • enfants-bataille-coussins
  • enfants-plage
  • bebe-frere
  • garcon-couche-chien
  • garcons-riviere
  • garcon-feuilles
  • fille-mer-chien
  • fille-ado-ecole
  • garcons-tire-la-langue
  • garcon-et-bebe
  • parents-mains-fillette
  • fille-ado-chien
  • maman-bras-bebe
  • enfant-dessin
  • fille-chien
  • garcon-dessin
  • parent-enfant-main
  • bebe-bac-a-sable
  • fille-bulles
  • fille-portable

Le temps

Le passé est interprétation, l’avenir est illusion (proverbe soufi)

Ce n’est qu’un billet d’humeur, d’humeur intemporelle. Tandis qu’assise à même le sol, je cherche l’inspiration pour la chronique de ce mois, à mes côtés tourbillonne délicatement l’ombre d’un carillon en bambou surmonté d’une cigogne dans sa fragilité de paille et de plumes.

Livrée au bercement de l’air, elle ne s’émeut ni du mouvement précédent, ni du suivant. Se jouant du souffle frais de l’automne, elle se rend disponible à la parole du vent, à la lumière du soleil. Le cou de la cigogne se dresse, ploie, pique vers le sol, donnant à l’ombre, encore plus fragile que la réalité de son objet, une grâce inattendue. La fortuité de ces moments dont le temps s’absente, me comble. Gratuité semblable à celle d’un enfant jouant dans le sable, sans autre projet que de sentir celui-ci s’écouler entre ses petits doigts. Respecter l’enfance n’est-ce  pas accepter qu’elle a besoin de vivre hors du temps ? Simplement pour ressentir le bonheur d’être là, en vie, dans le plaisir de l’instant.

Cependant, le temps, nous est-il possible d’en faire l’économie ? Il scande nos jours et nos nuits, nous installe dans un avant et un après sans lequel tout projet est impossible. Grandir, c’est peu à peu intégrer la notion du temps. La compréhension du temps, sa conceptualisation n’est totale que vers 10, 12 ans. Imaginez le désarroi de l’enfant qui, marchant à pas lents vers la voiture, observant un brin d’herbe nouvellement né d’entre les pavés ou ramassant avec émerveillement un caillou ou encore observant la danse des feuilles mortes, s’entend soudainement bombardé de « Dépêche-toi » « Le temps presse » « Il faut arriver à temps » « Tu crois que j’ai tout le temps » « Le temps n’attend pas »… Relisez chacune de ces interjections avec les oreilles d’un enfant pour qui le temps est encore un concept impalpable. Vous comprendrez peut-être mieux pourquoi l’enfant ne se met pas d’emblée dans le même stress que vous…

Et nous, les adultes ? N’aurions-nous pas aussi parfois besoin de relativiser le temps ? Ce temps qui n’existe que comme invention humaine ? Le monde ne passe pas à travers le temps comme s’il était une ligne droite allant du passé à l’avenir. Non, le temps progresse à travers nous, en spirales sans fin. C’est le temps de cet enfant concentré à poser un bloc au-dessus d’un autre. C’est cet instant où il recherche le point d’équilibre qui est une façon pleine d’habiter l’instant du temps.

Ne craignons pas d’arrêter notre course au temps pour observer nos petits, découvrant ainsi l’illumination qu’apporte la sérénité de l’instant. Ce sont ces moments uniques où nous avons l’impression de faire Un avec tout ce qui nous entoure, où nous abordons l’éternité, non pas comme un temps infini, mais simplement comme une absence de temps.

Et si le bonheur était de retrouver des instants d’enfance ? Ces moments où le temps ne compte pas ?

Eh oui, le temps passe. La fin de l’année approche. Tiens, moi, j’ai le sentiment qu’elle vient de commencer.

Comme le temps file… sa toile de plus en plus vite ! Qu’ai-je fait de tout ce temps ? 

Mots clés: Temps Société Education