• bebe-frere
  • enfants-bataille
  • parents-mains-fillette
  • fille-bulles
  • fille-portable
  • fille-ado-chien
  • fille-ado-ecole
  • garcons-riviere
  • enfant-dessin
  • garcons-tire-la-langue
  • garcon-feuilles
  • maman-bras-bebe
  • fille-chien
  • garcon-dessin
  • garcon-et-bebe
  • enfants-bataille-coussins
  • enfants-plage
  • fille-mer-chien
  • bebe-bac-a-sable
  • garcon-couche-chien
  • velo
  • fille-nounours
  • parent-enfant-main
  • mains-adulte-enfant

Trop de Sexe

Tous les goûts sont dans la nature, tous les dégoûts ne s’y trouvent point.

Assez ! Les lois du marché sacralisent l’argent et le sexe mais au regard de notre jeunesse, en ce qui concerne le sexe, de quel « sacré » s’agit-il ?

Nombre d’entre nous jouent le jeu sans même s’en rendre compte.

« Et comment s’appelle ton amoureux ? » demande-t-on à la fillette en deuxième maternelle. Les amitiés d’enfants sont d’emblée interprétées par les adultes en terme d’amour. Arrêtons de nous projeter dans la vie de nos enfants, d’induire chez eux une sexualité semblable à la nôtre. Dans son rapport à l’affectif,  n’enlevons pas à l’enfance la part de rêve qui lui revient ! A chaque âge sa saison d’amour.

Ma consultation quotidienne rencontre trop d’enfants, trop d’adolescents s’enlisant dans une compréhension perverse, détournée, de la sexualité,  sans lendemains qui chantent. Julie, 12 ans, est raillée par toute sa classe parce qu’elle n’a pas d’amoureux attitré. Pour se sauver de cette situation elle s’arrange avec un copain pour dire « qu’ils sont ensemble ». Mais elle ne s’en tirera pas à si bon compte : mise au centre d’un cercle, elle dû « prouver » cette union en effectuant un cunnilingus sous le regard moqueur de ses pairs… Depuis lors une honte teintée de dégoût la hante. Le petit Arthus de 10 ans est sourd-muet. Une chance pour ceux qui l’ont sodomisé dans les toilettes, il ne savait pas appeler à l’aide… Harold est la vedette de la classe parce que du haut de ses sept ans, plaçant son pouce à la hauteur de son pénis, il obligea Charlotte (son amoureuse…) agenouillée devant lui, à sucer ce pouce. A ce qu’il semble, c’est ainsi qu’à 7 ans, Harold comprend l’amour…

Les ados, âge oblige, y vont plus fort. En regard de ceux-là, il y en a d’autres qui vivent  horrifiés à l’idée même  de devenir adultes et de devoir faire « ça ». Le « ça » pouvant entraîner la tétanisation du corps à la vision du moindre geste affectif. D’autres n’osent plus ouvrir leur ordinateur tant ils craignent d’être confrontés à des messages à connotation sexuelle.

Tous azimuts on serine aux oreilles des éducateurs l’importance de l’apprentissage du respect de l’autre, de l’éducation aux limites, de la nécessité de favoriser chez l’enfant l’estime de soi. Pourquoi laisser dans l’ombre l’éducation à l’amour ?

Entre autres devoirs, il est de la responsabilité parentale d’aujourd’hui de préparer dès la pré-adolescence à la quasi inévitable rencontre avec la pornographie, afin d’apprendre aux enfants à distinguer cette sexualité partielle qui utilise l’autre comme un pur objet de jouissance de ce qu’est une relation qui ne nie pas l’autre. Les adultes doivent avoir le courage d’appeler un chat un chat et dire que la pornographie, la relation sexuelle sans lendemain, ce « faire l’amour »-là, n’a rien à voir avec l’Amour ! Expliciter que c’est l’amour qui fait de la sexualité est une si belle chose. Ce qui est grand dans faire l’amour c’est l’Amour . C’est lui qui transforme la caresse en un délicieux bonheur solaire.

Il est temps que l’adulte, en contrepoint à tant de messages en pagaille, ose proclamer haut et fort que faire l’amour n’est pas qu’une question de pulsion du bas ventre… 

Mots clés: Sexualité Adolescence Société Violence