Un Dos Libre et Droit

« Porter la Liberté est la seule charge qui redresse le dos »

Une étude récente me laisse songeuse. Il semblerait que 40% des enfants entre 8 et 18 ans souffriraient d’arthrose avancée et d’usure anormale des disques intervertébraux. Chez ces enfants en pleine croissance, les muscles dorsaux se développent mal. Ce constat émerge dans divers pays d’Europe. Enfants trop sédentaires ? Ou penchés trop d’heures sur leurs iPhones, tablettes ou ordinateurs en position « affaissée », le dos en torsion ?

« Le matin, ma fille, à peine entrée dans la voiture, met ses oreillettes pour écouter sa musique tout en tapotant sans arrêt des messages sur son iPhone. Il paraît qu’elle n’a rien à me dire. Au retour de l’école ce n’est pas mieux. Ses devoirs à peine terminés, elle passe la soirée penchée sur un écran. Plus un repas qui ne soit soumis à l’esclavage d’sms… » se lamente un père. Est-il acceptable que les adultes laissent les nouveaux médias prendre la maîtrise de la communication en famille? Si la technologie rapproche ceux qui sont loin, elle risque d’éloigner ceux qui sont proches. Aux parents de manifester leur capacité à prendre distance de la technologie. Même s’ils affichent le contraire, les jeunes sont soulagés que l’adulte leur demande de se libérer de l’esclavage de la communication instantanée, au moins le temps des repas. A condition que le parent soit capable d’assumer cette même liberté…

A l’excès, l’écran, comme le junkfood, asservit le corps et l’esprit. Il est de la responsabilité des éducateurs d’apprendre aux enfants et de stimuler chez les jeunes un mode de vie accordant du répit au cerveau, et du mouvement au corps. Loin de moi de diaboliser les écrans, ils sont un formidable support de découvertes et d’apprentissages ! Leur stigmatisation serait tout aussi absurde que leur idéalisation. Le tout est d’avoir le bon mode d’emploi. Avez-vous déjà pris connaissance de la règle des 3-6-9-12 proposée par Serge Tisseron ? (1)

Avant 3 ans, la TV est sans utilité pour un enfant. C’est dans la réalité des interactions sensorielles et motrices qu’offre l’environnement qu’il construit ses repères. Quant aux consoles de jeux, avant 6 ans, elles risquent d’accaparer trop d’attention. C’est jouer dans le réel qui permet à l’enfant de découvrir les compétences de son habilité motrice et de sa créativité. Et l’Internet ? Pas avant 9 ans, afin que l’enfant puisse continuer à mettre en place les différentes formes de son intelligence. Pour éviter les pièges du Web, l’enfant doit notamment assimiler la distinction entre espace intime et public. Concernant les réseaux sociaux, laissons à l’enfant le temps d’explorer la complexité du monde réel. Avant 12 ans, il a besoin d’éprouver ses relations sociales, de tester ses comportements et les réactions qu’ils suscitent, sans la distance créée par les écrans.

Maintenir des règles claires sur les temps d’écrans et favoriser la position couchée sur le ventre face à l’iPad ou la tablette assurent une colonne vertébrale solide tant physiquement que mentalement. 


Notes :

(1) Voir Yakapa.be

 

Mots clés: Enfance Corps Ecrans