• fille-ado-chien
  • bebe-bac-a-sable
  • enfants-bataille-coussins
  • velo
  • mains-adulte-enfant
  • garcon-couche-chien
  • parent-enfant-main
  • fille-nounours
  • garcons-riviere
  • enfant-dessin
  • fille-ado-ecole
  • garcon-et-bebe
  • enfants-bataille
  • garcon-dessin
  • garcon-feuilles
  • parents-mains-fillette
  • fille-bulles
  • enfants-plage
  • fille-portable
  • maman-bras-bebe
  • fille-mer-chien
  • garcons-tire-la-langue
  • fille-chien
  • bebe-frere

Vœux de bonheur

On connaît peut-être d’autant plus les bontés du monde, la chance, les plaisirs, la bonne fortune, que l’on a déserté le rêve d’atteindre la béatitude avec une majuscule. (Patrick Bruckner)

Ce n’est certes qu’un billet d’humeur, mais d’humeur imbibée de bons voeux. Ne m’a-t-on pas souhaité en ces jours de l’an neuf tant et tant de vœux de bonheur, de santé et autres bontés ? Voilà de quoi nous rappeler qu’il n’y a pas à verser dans la catégorie du normal, voire du nécessaire ce qui serait plutôt de l’ordre de l’exceptionnel à savoir : le sentiment de bonheur.

Si l’argent reste le nerf de la guerre il n’est plus le seul pourvoyeur de bonheur. Les nouveaux idéaux collectifs sont la santé,  le corps, les voyages, la sécurité, le tout se résumant en un maître mot : le bien-être. Bien plus que des valeurs morales ou un héritage spirituel, notre culture nous suggère que la réussite de notre vie dépend de notre épanouissement et celui-ci nous couronnera de bonheur.

La recherche du bonheur est sans doute un des mobiles les plus importants de tout être humain car il est dit que le bonheur est ce qui rend heureux. Ce bonheur, de quel bois se chauffe-t-il ?  Erigé au rang de devoir, est-il une question de volonté ayant comme mot d’ordre : « Il faut être bien dans sa peau » ? Non. Doit-il se confondre avec joie continue et permanente ? Illusion. Est-ce devoir s’assurer de devenir maître de son destin comme de son plaisir ? Utopie.

La grâce de la félicité j’ai pu la voir dans les yeux de ce garçon de 8 ans qui déboulant vers moi, m’annonça d’une voix essoufflée « Viens voir. C’est le paradis là-bas. On a trouvé un seau en fer, il n’est même pas troué ! Et plein de choses. J’ai même découvert ceci… » et rayonnant du plaisir de faire plaisir, il m’offrit un bic à 4 couleurs, (vide bien sûr, mais quelle importance …)  qui, par on ne sait quel mystère avait atterri dans ce lopin de bois situé en bordure d’un terrain vague. Son geste fut un délice qui m’effleura à l’improviste. Une faveur de la vie. Et la petite bande d’enfants de trouver son bonheur dans ce décor qui aux yeux de notre société susciterait plus de dégoût que d’intérêt. Est heureux celui qui n’attend pas l’événement unique et génial et peut reconnaître la joie qui soudainement surgit et le traverse.

Le bonheur n’est ni une réalité statique, ni une béatitude paisible à temps plein, ni une satisfaction totale définitive. Il est cette expérience intense où se mêlent sentiments et émotions, quelque chose d’intensément vivant, par conséquent de changeant. Il apparaît sur le visage de celui qui aime la vie, sa vie dans ses moments heureux et malheureux. En riant, en pleurant, en faisant des erreurs.

Plutôt que d’aimer le bonheur, la vraie sagesse n’est-elle pas d’aimer la vie, l’action, la connaissance, l’amour ?  Mon souhait pour l’année à venir ? Soyez ouverts au bonheur ! 

Mots clés: Joie Bonheur Vie