• garcon-et-bebe
  • garcon-couche-chien
  • fille-nounours
  • fille-bulles
  • garcon-feuilles
  • fille-ado-chien
  • enfants-bataille-coussins
  • garcons-riviere
  • fille-chien
  • enfant-dessin
  • maman-bras-bebe
  • parent-enfant-main
  • fille-mer-chien
  • bebe-bac-a-sable
  • fille-ado-ecole
  • enfants-plage
  • fille-portable
  • garcons-tire-la-langue
  • garcon-dessin
  • bebe-frere
  • parents-mains-fillette
  • mains-adulte-enfant
  • enfants-bataille
  • velo

Voyage dans les souvenirs

Quiconque a beaucoup vu
Peut avoir beaucoup retenu (La Fontaine)

Ce n'est qu'un billet d’humeur, d’humeur à vous faire voyager dans des fragments de souvenirs, incomplets certes mais oh combien inoubliables !  Voyages ancrés dans des moments d’intimité de certaines soirées d’hiver ou de ciels étoilés.

Couchée dans l'herbe haute épinglée de rouges coquelicots, mouchetée de timides marguerites, mon âme s'évade, mon corps se fait plus léger, mon esprit se lance dans une traversée de souvenirs.  Je vous emmène sillonner ces petites routes ondulantes, bordées de noyers, de pommiers, de poiriers ou de pruniers. Plantations imposées par une loi ancestrale afin d'offrir aux plus démunis de quoi s'abriter des chaleurs de l'été, de quoi étancher la soif des moissons, de quoi remplir les greniers pour les longues journées d'hiver. Que n’ai-je fait de promenades au cœur de cette terre d’enfance… Celle du pays de ma mère, sol que de son vivant, je n’ai jamais pu fouler. Terre interdite, enfermée derrière un rideau de fer, de mines et de miradors piqués de mitraillettes. Dans ses récits, la chaleur de l'été, si différente de celle de chez nous, rendait le ciel plus bleu. En hiver, l’évocation de folles équipées de traîneaux tirés par de puissants chevaux, transformait la neige de notre jardinet en magie blanche.

Tout mon être nomadise dans le silence de ces collines boisées, boisées à perte de vue. La légende de mes rêves  d'enfant y rencontre des cerfs aux bois majestueux venant s'abreuver aux ruisseaux remplis d’écrevisses. Ah, ces joyeuses journées de pêche où nous partions de bonne heure, les paniers comblés d'un pique-nique prometteur. Si la chance nous souriait, ce seraient gorgés de pinces grises grouillantes que les osiers tressés reprendraient le chemin du retour. Ma mémoire m'abuse, jamais je n'ai été à la pêche aux écrevisses! Et pourtant c’est comme si c’était hier…

Les chroniques familiales ne sont-elles pas de merveilleux voyages, précieuses effractions dans le quotidien, murmurant à l’ouïe enfantine des bonheurs inédits ? Ressources subjectives essentielles, nourrissant les énergies physiques, mentales et morales. Véhicule, qui  s’appuyant sur la certitude d’avoir une famille, nous déplace d’un lieu à l’autre. Quand le « Il était une fois » se remplaçait par « Quand j’étais enfant… » je sentais par où soufflait le vent, et, telle une plume emportée, je naviguais avec lui. Ecouter, c’est être traversé par le flux du monde, le cœur grand ouvert, les yeux fermés, pour mieux voir ce qu’il y a derrière les mots, qui, selon le récit, flottent, glissent ou trébuchent jusqu’à l’oreille.

La transmission des vécus familiaux, mémoire référentielle par excellence, permet d’engager une démarche de réflexivité sur le passé, de mieux appréhender le présent et de ne pas reproduite les erreurs d’hier. L’auditeur, oreilles affutées, y articulera son projet fondateur.

Ces excursions visitant le passé, enracinant l’humain au fond de lui-même, chaque enfant y a droit. Elles font partie intégrante d’un mandat transgénérationnel. 

Mots clés: Transmission Lieux Voyage Souvenir